15 mai 2016

tout sauf elle a rit

usa trump oblamerde oblabla oblama

Posté par stetienne à 21:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 mai 2016

usa 1er vendeur d'arme au monde

bon il faut relativiser ce chiffre ahurissant car aux usa  une partie de la recherche militaire est reverse dans le civile au bout de  5 ans ce qui fait qu on peut considere que 30% de ce budget profite a la technologie civile alors que pour la russie et la chine le budget militaire concerne à 100% l armée

mais quand meme 1er vendeur d'arme au monde 1 er menance pour la paix

depense miliataire dans le monde usa

 

Posté par stetienne à 16:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

les usa pays de la bouffe de merde

les usa c est no future à tous points de vue

usa tafta ogm malbouffe oblamerde oblama8318090_n

Posté par stetienne à 16:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 avril 2016

panama papers

peu d'allemand et peu d'américain dans les panama papers pourquoi?

ils ont leur propre paradis fiscal au delawaere et au nevada

la ou je suis pas trop d'accord avec lui c est qu on a l imprsion que les usa c est fini alors qu ils sont quand meme les leaders dans le spatial en informatique en electronique en biotechnologie bref sont toujours une superpuissance

Posté par stetienne à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
21 avril 2016

les usa ne sont plus une démocratie depuis belle lurette

 l'oligarchie financière a déjà décidé qui sera le futur président des US...

http://www.liberation.fr/planete/2016/0 ... is_1445191

Citer:
Hillary Clinton avait été invitée au troisième mariage du milliardaire en janvier 2005 en Floride. Bill Clinton, qui a fasciné Trump pendant des années, s’était aussi rendu à la réception somptueuse à Mar-a-Lago, l’une des résidences de l’homme d’affaires, en présence de 400 invités dont de nombreuses célébrités.

Ils se connaissaient déjà quand Bill Clinton était président (1993-2001): cette semaine, sa bibliothèque présidentielle doit publier quelque 500 pages de documents sur Donald Trump, notamment des messages d’anniversaire envoyés par Bill Clinton au magnat de l’immobilier et le détail de ses invitations à la Maison Blanche.

Quand les Clinton quittent Washington en 2001, Donald Trump, à l’époque démocrate, leur propose de s’installer dans une des tours Trump à Manhattan. En vain.

En 2007, l’impétueux magnat de l’immobilier dit espérer qu’Hillary Clinton sera la candidate démocrate pour la présidentielle.

En juillet 2008, des photos montrent encore Bill Clinton jouant au golf avec Donald Trump et les ex-maires de New York Michael Bloomberg et Rudy Giuliani, sur un terrain appartenant à M. Trump près de New York. En 2012, année où Donald Trump redevient républicain, il salue en Hillary Clinton «une femme formidable».

«Je suis biaisé parce que je la connais depuis des années. J’habite à New York. Elle habite à New York. Je l’aime beaucoup ainsi que son mari», déclare-t-il.

Quand on pense aux niais (les mêmes que ceux qui avaient plébiscité Obama) qui vont voter Clinton en croyant qu'elle est proche du peuple... :mdr:

Posté par stetienne à 10:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 avril 2016

L’Arabie Saoudite menace de vendre 750 milliards de dollars d’actifs américains

https://fr.express.live/2016/04/18/larabie-saoudite-menace-de-vendre-750-milliards-de-dollars-dactifs-americains/

il est grand temps de mettre se pays au pas

Le gouvernement saoudien a menacé de vendre pour 750 milliards de dollars d’actifs américains (bons du Trésor et autres) si le Congrès décide d’approuver une loi qui permettra de lancer des poursuites pour déterminer si ce pays est impliqué d’une manière ou d’une autre dans les attentats du World Trade Center à New York du 11 septembre 2001.

Posté par stetienne à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 avril 2016

"Panama Papers": les Etats-Unis, grands absents du scandale

De la Chine à la Russie en passant par le Royaume-Uni, les révélations des "Panama Papers" éclaboussent une cohorte de responsables sur le globe mais épargnent pour l'heure un acteur majeur de la finance mondiale: les Etats-Unis.

Seule une poignée d'Américains ont jusqu'à présent été épinglés pour avoir fait transiter une partie de leurs avoirs dans des paradis fiscaux et des sociétés offshore avec l'aide du désormais célèbre cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca.

David Geffen, magnat de la musique et co-fondateur du studio de cinéma DreamWorks avec Steven Spielberg, est bien mentionné dans les "Panama Papers", mais aucun gros poisson américain --politicien, grand patron ou grande banque-- n'a été associé au scandale.

"Il y a beaucoup d'Américains mais ce sont davantage de simples particuliers", déclare à l'AFP Marina Walker Guevara, la directrice adjointe du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) qui a coordonné l'enquête journalistique sur cette fuite massive de documents.

Les Etats-Unis seraient-ils pour autant de blanches colombes de la transparence financière? Loin s'en faut. "Cela ne veut pas dire que le pays se place en dehors du système offshore. Il en est même un important acteur", répond Mme Walker Guevara.

Son absence des "Panama Papers" ne vaut donc pas gage de respectabilité et pourrait d'abord s'expliquer par une certaine réticence à se tourner vers un pays lointain et hispanophone, alors que des options bien plus aisées sont à portée de la main.

"Les Américains ont tellement de paradis fiscaux vers lesquels se tourner", résume pour l'AFP Nicholas Shaxson, auteur de l'ouvrage de référence "Les paradis fiscaux. Enquête sur les ravages de la finance néolibérale".

Les Caïmans et les Iles Vierges britanniques, voisines et anglophones, viennent immédiatement à l'esprit, mais des Américains voulant garder le secret sur leurs activités ne sont, en réalité, même pas obligés de quitter leur pays.

Des Etats comme le Delaware ou le Wyoming offrent ainsi la possibilité, pour quelques centaines de dollars, de créer des sociétés-écrans sans avoir à identifier qui en est le bénéficiaire réel.

Fait aggravant, les banques américaines sont certes tenues de "connaître leurs clients" mais peuvent passer outre cette obligation et ouvrir un compte au nom de ces sociétés offshore, garantissant ainsi une discrétion totale à ses véritables propriétaires.

Le Trésor américain s'est engagé à combler ces failles qui ont été utilisées par des trafiquants d'armes et de drogue et qui valent aux Etats-Unis de figurer au troisième rang des territoires les plus opaques... loin devant le Panama, selon le classement établi chaque année par le Tax Justice Network.

"Nous mettons la dernière main à une réglementation", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la division du Trésor chargé de la lutte contre la délinquance financière (Fincen).

- Sanctions -

Une autre raison, plus vertueuse, pourrait expliquer le faible nombre d'Américains dans les "Panama Papers".

Echaudés par de retentissants scandales impliquant des banques suisses, les Etats-Unis ont, ces dernières années, considérablement étoffé leur arsenal de lutte contre la fraude et l'évasion fiscale et n'hésitent pas à imposer de lourdes sanctions aux contrevenants.

Résultat, selon M. Shaxson: "Certains paradis fiscaux sont terrifiés à l'idée d'avoir des clients américains parce qu'ils savent que les Etats-Unis ont les moyens de leur faire du mal".

Les Etats-Unis ont particulièrement ciblé les banques suisses, qui rechignent désormais à avoir des clients américains de peur de contrevenir à leurs obligations et de s'exposer à de lourdes sanctions.

Pour avoir orchestré l'évasion fiscale de clients américains, UBS et Credit Suisse ont dû respectivement s'acquitter d'amendes de 780 millions et de 2,6 milliards de dollars.

Malgré ces explications, la faible implication des Américains a alimenté des thèses selon lesquelles les "Panama Papers" auraient été orchestrés par la CIA pour déstabiliser certains pays, et notamment la Russie.

"Les autorités russes voient la CIA derrière tous ceux qui les critiquent", déclare Mme Walker Guevara, qui n'exclut pas que les 11,5 millions de documents des "Panama Papers" finissent par livrer des révélations fracassantes sur des Américains.

"C'est une immense masse de documents et il y a peut-être quelque chose de caché que nous n'avons pas encore découvert", dit-elle.

Posté par stetienne à 10:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 mars 2016

lol helas bien vrai

trump europe humour hollande ps immigration

Posté par stetienne à 16:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
25 mars 2016

l' effrondement du systeme us

Posté par stetienne à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
15 mars 2016

lol vous reprendrez bien un peu de homard( bon c est pas de moi)

( bon c est pas de moi mais c est rigolo)

Les USA frappent Omar le Tchétchène, tué le mois dernier, ainsi qu'en 2014 et 2015, mais on sait pas trop, d'ailleurs on est pas sûr qu'il soit vraiment blessé, mais en tout cas il a une bien belle barbe.
http://minilien.fr/a09gf5

Personnage assez remarquable :
- Déjà, il est roux. Et ça, ça fascine le monde.
- Ensuite il est Géorgien, grand pays allié américain. Carrière militaire, luttant contre la Russie, il disparait des radars suite à une crise d'urticaire.
- Enfin, il se fait surnommer Le Tchétchène. C'est beau, les Russes peuvent le désigner comme un ennemi, en sa qualité de Tchéchène qu'il n'est pas, au pire géorgien, ennemis quand même, et les USA peuvent l'associer vaguement à la Russie, les américains sachant tous que la Tchétchénie est une province Russe située entre le Vietnam et le Maroc.
- Parcours exemplaire, après avoir du interrompre sa grande carrière militaire (il a fait de la prison, comme tous les roux), il se retrouve propulsé à la tête d'un groupe armé terroriste rebelle modéré Syrien, les méchants gentils (Al-Nosra). Ce qui est tout à fait logique, les arabes adorant nommer comme chef des roux géorgiens chrétiens se disant tchétchènes.
- Vexé de voir que la propagande américaine anobli Al-Qaida au début du conflit Syrien, il se proclame chef d'un groupe armé de l'EI, les vrais méchants qui tuent des gens par simple plaisir et même pas pour la liberté du peuple terroriste Al-Qaidiste.

Depuis, il est donc l'ennemi n°1 des russes et des USA. Il a été tué à de nombreuses reprises, par les 2 camps.
http://minilien.fr/a09gf7

J'espère que la prochaine fois sera la bonne, pour une fois que les USA et les Russes ont un ennemi commun.

Posté par stetienne à 21:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,