projet pour la france

17 juin 2019

les bienfaits de l'immigration

ils n 'ont rien a faire en France tous ces macaques de merde

qu on les renvoie massivement dans leur pays de merde avec les faces de collabos qui les protègent  et qu'on leur enleve la nationalité Française et bon débarras la France n a pas besoin d'immigration c'est le plus grand mensonge du 21 eme siecle ca.

Mulhouse : un mariage dérape, un élu violenté Un mariage et 40 PV

Et la nerveuse assemblée de poursuivre son chemin sur les routes de la ville après la cérémonie. Organisés en un traditionnel cortège de voitures pour escorter les mariés, les invités du mariage ont commis toute une série d'infractions sur la route et les forces de l'ordre ont été contraintes d'intervenir et de dresser une quarantaine de procès-verbaux. Les images de vidéosurveillance des caméras de la mairie ont ensuite permis aux policiers d'identifier et de placer en garde à vue plusieurs individus ayant pris part aux insultes et aux coups à la fin de la cérémonie.

Ca aurait eté un maire RN larticle du merdia le point  aurait ete intitulé
: un maire RN impliqué dans une rixe a un mariage

n'oubliez pas votre Padamalgam 500 avant d'aller dormir !

Posté par stetienne à 09:10 - immigration - Commentaires [0]
Tags : ,

14 juin 2019

Cagnotte Leetchi de Dettinger : l'avocate de l'ex-boxeur surprise par les auditions des donateurs

Cagnotte Leetchi de Dettinger : l'avocate de l'ex-boxeur surprise par les auditions des donateurs

ce qui est choquant c est que les députés c est juste des suces boules des lobbys industrielles qu ils touchent du pognon de ceux ci

micron a eu sa campagne entierment financé par ses amis milliardaires

et quand les pauvres veuelent se grouper  ben on veut leur interdire!!!!!!

en plus il aurait frappé le crs avec barre de fer  comme le font les petits copains racailles de merde  de banlieue à micron la face de collabo j'aurais compris non la il tape juste sur le crs pour se defendre

Posté par stetienne à 09:03 - politique - Commentaires [0]
Tags : , ,

réferendum contre la privatisation de l aéroport de paris

CONTRE LA PRIVATISATION D’ADP : L’UPR APPELLE À LA MOBILISATION GÉNÉRALE EN SOUTENANT LE RIP

Posté par stetienne à 08:58 - transport - Commentaires [0]
Tags : ,

13 juin 2019

la dinde belloubet protege les délinquants mineurs!!!!!!

elle est completement folle et irresponsable cette vieille( et laide) dinde

je retire laide car on a pas le droit attaquer sur le physique mais je maintient folle et irresponsable

personnelement je suis pour la suppression des juges pour mineur et l'enfermemant de smineurs délinquants dans camp de travail.

Présomption d’irresponsabilité des délinquants mineurs : l’irresponsable mesure de Belloubet

France: Vers un seuil de responsabilité pénale à 13 ans Reuters13/06/2019 à 13:01

FRANCE: VERS UN SEUIL DE RESPONSABILITÉ PÉNALE À 13 ANS<

PARIS (Reuters) - La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a annoncé jeudi son intention de fixer le seuil de responsabilité pénale à 13 ans dans le cadre d'une réforme de l'ordonnance de 1945 sur la justice des mineurs, déclenchant des critiques à droite.

Aujourd'hui, il n'y a pas en France d'âge de déclenchement de la responsabilité pénale, cette question étant laissée à l'appréciation des juges et l'auteur d'une infraction de moins de 13 ans écope d'une mesure éducative s'il est jugé capable de "discernement".

"En-dessous de 13 ans, il y aura en principe une présomption d'irresponsabilité pénale mais le juge pourra toujours faire jouer le discernement et, le cas échéant, admettre qu'un enfant de 11 ans ou de 12 ans peut-être responsable pénalement", a dit Nicole Belloubet sur France Inter.

La ministre entend mettre en place des mesures éducatives puissantes, comme le placement ou l'interdiction de paraître.

Pour l'ex-ministre de la Justice Rachida Dati, le gouvernement s'apprête à donner une "impunité" aux "mineurs délinquants".

"J'avais souhaité, comme la majorité des pays européens, instaurer une responsabilité pénale des mineurs", a-t-elle expliqué sur RTL. "Ça ne veut pas dire les mettre en prison, c'est prendre en charge ces mineurs délinquants le plus tôt possible pour pouvoir les réinsérer, les sanctionner et pour avoir une répression adaptée."

"DÉCISION GRAVISSIME" POUR PÉCRESSE

Pour la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, il s'agit également d'une "décision gravissime".

"La délinquance des mineurs explose chez les plus jeunes parce que les plus grands vont pervertir les enfants pour faire le sale boulot", a-t-elle expliqué sur France Inter. "On est en train de les livrer aux prédateurs qui sont les caïds."

Il n'est pas question qu'un enfant de moins de 13 ans coupable d'une infraction n'ait pas une réponse en fonction de ses actes, réplique Nicole Belloubet.

Et s'il n'est pas reconnu pénalement responsable, cela ne veut pas dire "qu'il ne se passera rien", a-t-elle ajouté. "Les victimes seront indemnisées."

Nicole Belloubet précise que les jeunes concernés seront bien pris en charge par un "juge d'enfant" et cette prise en charge doit "donner lieu à une réponse effective", éducative" ou "de nature différente".

La ministre souhaite enfin limiter la détention provisoire - actuellement, 800 mineurs sont détenus, dont près de 80% en détention provisoire, précise-t-on au ministère de la Justice, où l'on souligne que "la détention provisoire doit être réservée aux faits graves et aux mineurs réitérants".

La réforme sera présentée en conseil des ministres le 15 septembre et appliquée par ordonnance. Nicole Belloubet s'engage toutefois à ne pas la mettre en oeuvre "avant la tenue d'un vrai débat au Parlement". Elle n'entrera en vigueur qu'après un an.

Le gouvernement a été habilité à légiférer par ordonnance pour réformer la justice pénale des mineurs dans un délai de six mois à compter du 23 mars 2019, soit jusqu'au 23 septembre 2019.

Cette habilitation prévoit de simplifier la procédure, d'accélérer les jugements, de renforcer la prise en charge de ces mineurs et d'améliorer la prise en compte des victimes.

"L'ordonnance de 1945 a été réformée 39 fois et est devenue illisible", fait-on valoir au ministère de la Justice.

12 juin 2019

les racailles du haut

Sarkozy ou Hollande : quel ancien président coûte le plus cher ?

La note est bien plus salée concernant Valéry Giscard d’Estaing (710.439 euros) et François Hollande (804.377 euros). Enfin, l’ancien locataire de l’Elysée qui coûte le plus cher n’est autre que Nicolas Sarkozy, avec un budget de 827.891 euros à sa disposition.!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

retraite de base à 1500€ par mois c'est largement suffisant pour ces parasites de la France

je veux un referemdum sur cette question

Posté par stetienne à 18:17 - politique - Commentaires [0]
Tags : ,

non au rapatriment des chiures des encules face de merde djihadistes

on a vraiment un etat de collabo à la tete de la France quand on pense que nos grand parents  se sont battus contre  les nazis pour voir le gouvernement  du minuscule mini micron et des ses putes collabo en marche faire rentrer les nazis de l'islam  en France

honte à nous honte honte aux abrutis qui votent pour micron et ses putes en marche  nos ancetres vous chient dans la gueule bande de collabo aux nazis de l'islam

Source: Externe

Source: Externe

oui à la peine de mort pour les djihdistes-Marianne - 7 Juin 2019

islam nazis justice laxiste jugeottes collabo à racailles

Posté par stetienne à 17:59 - Commentaires [0]
Tags : , , , ,

11 juin 2019

Le Botswana décriminalise l'homosexualité

une bonne nouvelle pour les homos d'afrique

La justice du Botswana a annulé mardi l'interdiction de l'homosexualité en vigueur dans le pays, qualifiée de "relique de l'ère victorienne", une décision aussitôt saluée par les défenseurs de la cause LGBTQ.

Ce jugement historique était très attendu sur l'ensemble du continent africain, où l'homosexualité reste illégale dans plus de la moitié des pays subsahariens.

Les clauses du code pénal du Botswana relatives aux relations entre personnes du même sexe "sont annulées", a déclaré le juge Michael Leburu mardi dans une salle d'audience comble de la Haute Cour à Gaborone. "La justice ordonne que les lois soient amendées", a-t-il ajouté. 

Les clauses en question sont "des reliques de l'ère victorienne" qui "ne sont plus viables", a encore estimé le magistrat. Elles "oppressent une minorité" et "ne passent pas l'épreuve de la constitutionnalité", a-t-il ajouté.

La Haute Cour s'est prononcée sur ce sujet sensible sur requête d'une personne anonyme, identifiée par ses seules initiales LM pour des raisons de sécurité, qui contestait le code pénal.

Le texte en vigueur depuis 1965 prévoyait des peines pouvant aller jusqu'à sept ans de prison.

"Les minorités ne doivent pas être exclues et ostracisées", a encore expliqué le juge Leburu dans son jugement. "Le temps est venu que la sexualité entre personnes du même sexe soit décriminalisée", a insisté le magistrat.

"Les hétérosexuels sont autorisés à exprimer leur sexualité sans problème mais la même chose ne s'applique pas au requérant", a-t-il poursuivi. Lui "nier le droit d'avoir des relations sexuelles comme il l'entend est discriminatoire", a-t-il encore expliqué, jugeant "fondamental" le droit au respect de la vie privée.

- "Sens commun" -

Ce jugement est "un signal revigorant pour la dignité humaine, la vie privée et l'égalité", a réagi Neela Ghoshal de l'organisation Human Rights Watch (HRW).

"Le bon sens exprimé par la Haute Cour du #Botswana est tellement revigorant", a-t-elle ajouté sur son compte Twitter.

Ce jugement intervient après le refus en mai de la Haute Cour du Kenya d'abroger les lois réprimant les relations homosexuelles, qui avait douché les espoirs de la communauté continentale LGBTQ (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenre, queers).

Devant le tribunal de Gaborone mardi, des militants brandissaient des pancartes proclamant "Il n'y a rien de mal à être différent, mais il est injuste d'être discriminé" ou "Les hommes homosexuels sont cinq fois plus victimes de violences sexuelles que l'ensemble de la population masculine du Botswana". 

Pour Matlhogonolo Samsam, de l'organisation de lesbiennes, gays et bisexuels du Botswana (Legabibo), la décriminalisation est une question de "liberté d'expression, de droit à la vie privée et de droit à une égale protection par la loi".

Car au quotidien, les homosexuels sont victimes de stigmatisation dans ce pays d'Afrique australe, considéré pourtant comme l'un des Etats africains les plus démocratiques. Dans les hôpitaux publics, "on reçoit des commentaires négatifs", a témoigné Thato Game Tsie, militant de l'organisation Legabibo.

- 'Moralité' -

La législation antigay "limite les interactions que je peux avoir avec des personnes qui s'identifient de la même manière que moi, car je crains d'être emprisonné", avait expliqué en mars "LM", le requérant à la Haute Cour du Botswana.

Le représentant de l'Etat avait, lui, estimé que la population du Botswana n'était pas prête à un changement d'attitude vis-à-vis de l'homosexualité, disant argumenter au nom de la "moralité publique".

Les relations homosexuelles ont lieu "dans un espace privé" donc elles "ne peuvent pas avoir d'impact sur la moralité publique", a tranché le juge Leburu mardi. 

Depuis ces dernières années, le Botswana est devenu progressivement plus tolérant à l'égard de l'homosexualité.

En 2016, un tribunal avait tranché en faveur des militants de Legabibo, qui dénonçaient le refus du ministère de l'Intérieur d'enregistrer leur association.

L'an dernier, le président Mokgweetsi Masisi avait regretté que dans son pays "beaucoup de personnes entretenant des relations avec des personnes du même sexe (...) aient été agressées et aient souffert en silence". "Tout comme les autres citoyens, elles méritent que leurs droits soient protégés", avait-il estimé.

En Afrique subsaharienne, l'homosexualité est largement criminalisée

Plus de la moitié des pays d'Afrique subsaharienne - 28 sur 49 - disposent de législations interdisant ou réprimant l'homosexualité, parfois de la peine de mort.

Ces dernières années cependant, l'Angola, le Mozambique et les Seychelles ont légalisé les relations entre personnes de même sexe, rejoignant le Gabon, la Côte d'Ivoire, le Mali, la République démocratique du Congo et le Lesotho.

L'Afrique du Sud fait figure de pionnière en la matière. Depuis la fin du régime de l'apartheid en 1994, elle dispose d'un des cadres juridiques les plus libéraux du monde.

Sa Constitution interdit toute discrimination fondée sur l'orientation sexuelle et le mariage homosexuel a été légalisé en 2006, une première encore inédite en Afrique. Les actes de violence homophobe y sont pourtant fréquents.

A l'inverse, le Tchad, le Nigeria et le Burundi ont soit légiféré soit durci leur législation.

Voici quelques exemples de législations criminalisant l'homosexualité en Afrique.

- KENYA: quiconque a une "relation charnelle (...) contre l'ordre naturel" peut être emprisonné jusqu'à 14 ans. Le code pénal prévoit aussi 5 ans de prison pour les "pratiques indécentes entre hommes".

Les condamnations sont cependant rares. En mai, la justice a opté pour le statu quo, estimant qu'une décriminalisation de l'homosexualité ouvrirait la voie à des unions entre personnes du même sexe.

- MALAWI: la loi réprimant les relations entre personnes de même sexe et la sodomie a été suspendue en 2012, pour "réévaluation". La Cour constitutionnelle ne s'est toujours pas prononcée sur le sujet.

- OUGANDA: l'homosexualité est punie d'une peine pouvant aller jusqu'à sept ans de prison.

La législation adoptée en décembre 2013, réprimant notamment la "promotion de l'homosexualité" et rendant obligatoire la dénonciation des homosexuels, qui avait déclenché un tollé international, a été annulée pour vice de forme par la Cour constitutionnelle en août 2014.

- MAURITANIE et SOUDAN: la peine de mort est prévue, conformément à la charia, en Mauritanie pour les hommes (les femmes pouvant être punies de trois mois à deux ans d'emprisonnement) et au Soudan.

- NIGERIA: la peine de mort est prévue dans le Nord, à majorité musulmane, même si aucune exécution pour ce motif n'a récemment été signalée. Dans le reste du pays, une loi adoptée en 2014 prévoit des peines allant jusqu'à 14 ans de prison. 

- SOMALIE: les homosexuels sont mis à mort dans les territoires du Sud contrôlés par les islamistes radicaux shebab, affiliés à Al-Qaïda.

- TANZANIE: le pays punit l'homosexualité d'une peine minimale de 30 ans et pouvant aller jusqu'à la prison à perpétuité. Depuis l'élection du président John Magufuli en octobre 2015, une rhétorique officielle dénonçant l'homosexualité, aussi bien masculine que féminine, s'est développée.

- TCHAD: ll a voté en mai 2017 une loi punissant les rapports sexuels entre personne de même sexe de trois mois à deux ans de prison et d'une amende de 50.000 à 500.000 francs CFA (76 à 760 euros).

- ZAMBIE: les relations homosexuelles sont punies d'un à 14 ans de prison.

drame de lorient

et voila il avait deja été jugé pour conduite sans permis ( comme au bled zyva) tu parles la jugeottine d'extreme gauche avait à peine du lui tirer l oreille

il faut rendre pénalement responsable les juges et pshychiatres de leur petit protégé

au dela du fait divers ca souleve deux questions

le manque de repression contre les trafiquants de drogue qui pourrissent la societé Je suis en faveur du rétablissement de la peine de mort pour les trafiquants de drogue et enfermer les drogues dans centre fermés comme les russes le font

la non peur des gendarmes et police du à notre systeme judiciaire laxiste qui fait que des voyous se genent plus pour prendre la fuite

la justice laxiste  concernant les accidentsmortels fait par automobilistes.Si vous voulez tué quelqu un ben fauché le en voiture et chouinez que vous l avez pas vue devant la jugeottine

Il y a très souvent des courses poursuites pour refus d'obtempérer et bien souvent la police ne peut rien faire, ils peuvent pas taper le pare-chocs arrière donc pas étonnant que ce genre de drame arrive surtout quand les sanctions sont sans vrai gravité, un peu de sursis

Gageons que le conducteur va se rendre, mais seulement après s'être mis d'accord sur un scénario avec sa compagne, et surtout, après que son taux d'alcoolémie et de THC (cannabis) soit revenu à un niveau "normal"...
10 ans de prison, c'est pas cher payé. D'autant que la peine effective sera probablement divisée par 2 ou 3 pour bonne conduite...

Les turcs sont des eurasiens maintenant?

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/lorient-un-chauffard-en-fuite-apres-avoir-mortellement-percute-un-enfant-20190610

Posté par stetienne à 17:53 - sécurité,justice - Commentaires [0]
Tags : ,

le talon d'achille de lrem

"C'est elle ou nous" : deux députés menacent de quitter LREM si le parti n'exclut pas Agnès Thill après ses propos sur la PMA

à force de piocher à droite et à gauche ils se retrouvent avec des gens incompatibles entre eux

comme dit le proverbe à force de vouloir ménager le choux et la chevre..................

Posté par stetienne à 13:47 - politique - Commentaires [0]
Tags : ,