10 septembre 2015

pendant ce temps la

ps,hollande,député,sénateur,salaire,avantage,impot,chienlit,canaille,racaille du haut,pourriture,ump,projet pour la france

bon ils nous tannent avec les refugies  mais ils continuent a s'en mettre plein les fouilles

Les dérives des indemnités parlementaires à nouveau épinglées

une belle bande de pourris les députés umps vivement que marine nous debarasse définitivement de cette chienlit

Posté par stetienne à 09:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 avril 2015

impots

impots hollande ps projet pour la france

Posté par stetienne à 10:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 avril 2015

comparaison impot

gestion mairie ump ps fn impots

Posté par stetienne à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mars 2015

gonfles les trou à merde du gouvernement

les trous à merde du gouvernement n'arrette pas de nous rabacher qu il n y a plus d'argent qu il faut faire des economies et pourtants ils continues a embaucher des fonctionnaires territotriaux et augmenter leur salaire!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

la masse salariale des collectivités locales avait bondi de 4% l’an dernier après une progression de 3.1% en 2013

Posté par stetienne à 09:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 février 2015

Fraude fiscale : les personnalités épinglées dans l'affaire SwissLeaks

Le roi du Maroc, celui de Jordanie, Jacques Dessange, Christophe Dugarry ou encore Gad Elmaleh. Les personnalités soupçonnées d'avoir profité de la gigantesque fraude fiscale de HSBC sont issues d'univers très différents.

Le roi Abdallah II de Jordanie (à gauche) et le roi du Maroc Mohammed VI, en janvier 2008 à Marrakech (Archives). ( AFP / ABDELHAK SENNA, AFP )
Le roi Abdallah II de Jordanie (à gauche) et le roi du Maroc Mohammed VI, en janvier 2008 à Marrakech (Archives). ( AFP / ABDELHAK SENNA, AFP )

Baptisée "SwissLeaks", l'enquête, révélée par le journal "Le Monde", propose un voyage au coeur de l'évasion fiscale, mettant en lumière la face cachée du secret bancaire suisse et les ruses utilisées pour dissimuler de l'argent non déclaré.

Très précisément, entre le 9 novembre 2006 et le 31 mars 2007, quelques 180,6 milliards d'euros auraient transité sur ces comptes à Genève, cachés entre autres derrière des structures offshore au Panama et dans les îles vierges britanniques.

Les informations s'appuient sur des données soustraites à la filiale suisse de la banque, HSBC Private Bank, par un informaticien, Hervé Falciani, ex-employé de la banque à Genève. Pendant de nombreuses années, ces fraudes n'étaient connues que de la justice et de quelques administrations fiscales, même si certains éléments avaient filtré dans la presse.

Les données analysées font ressortir des profils très disparates, allant du chirurgien français venu placer ses honoraires non déclarés en Suisse aux têtes couronnées. Parmi les noms cités dans les différents médias figurent notamment le roi du Maroc Mohammed VI ou le roi de Jordanie Abdallah II. S'y ajoutent de nombreuses personnalités de la mode telles que le mannequin Elle McPherson ou la créatrice Diane von Fürstenberg, du spectacle à l'instar de l'actrice Joan Collins ou encore du sport comme le pilote moto GP Valentino Rossi, le pilote de F1 Fernando Alonso ou l'ex-tennisman, Marat Safin.

L'ex-banquier de HSBC Private Bank, Hervé Falciani, à l'origine de ces révélations. Ici en juillet 2013 à l'Assemblée. ( AFP / KENZO TRIBOUILLARD, AFP )
L'ex-banquier de HSBC Private Bank, Hervé Falciani, à l'origine de ces révélations. Ici en juillet 2013 à l'Assemblée. ( AFP / KENZO TRIBOUILLARD, AFP )

Le journal suisse "Le Temps", un des journaux partenaires pour ces révélations, met l'accent sur les personnalités politiquement exposées, évoquant entre autres Rami Makhlouf, cousin du président syrien Bachar al-Assad. Il cite également l'ancien ministre haïtien Frantz Merceron ou encore l'ancien ministre égyptien du Commerce et de l'Industrie Rachid Mohamed Rachid, qui avait été condamné à cinq ans de prison en juin 2011 pour abus de biens sociaux issus des fonds pour le développement du pays.

En France, "Le Monde" cite ainsi l'humoriste Gad Elmaleh, qui disposait, d'après le journal, d'un compte faiblement approvisionné à Genève, avec un peu plus de 80.000 euros entre 2006 et 2007. Selon les informations du journal, il aurait régularisé sa situation auprès du fisc français.

Le quotidien mentionne ensuite Jacques Dessange, fondateur d'un empire de la coiffure, qui possédait un compte dans la filiale suisse de HSBC sur lequel il aurait eu jusqu'à 1,6 million d'euros entre 2006 et 2007, selon les fichiers auxquels le journal a eu accès. Lui aussi fait partie des clients qui ont depuis régularisé leur situation et s'est acquitté d'une amende, précise "Le Monde".

"Le gouvernement est très déterminé à lutter contre la fraude fiscale, contre ces paradis fiscaux, et continuera d'agir en ce sens pour ce qui nous concerne mais aussi au niveau européen", a assuré Manuel Valls, ce lundi 9 février sur "Europe 1".

"Les données de la liste HSBC, à disposition de l'administration, ont été totalement exploitées, a-t-il ajouté. Au total près de 2.300 contrôles ont été diligentés par l'administration fiscale, 103 plaintes ont été déposées pour les cas les plus problématiques à l'administration fiscale. Des pénalités importantes ont déjà été réclamées aux contribuables concernés".

L'humoriste Gad Elmaleh aurait profité du système de 2006 à 2007 avant de régulariser sa situation auprès du fisc. ( AFP / JEFF PACHOUD, AFP )
L'humoriste Gad Elmaleh aurait profité du système de 2006 à 2007 avant de régulariser sa situation auprès du fisc. ( AFP / JEFF PACHOUD, AFP )

"Le Monde" a eu accès aux données bancaires de plus de 100.000 clients et a mis les informations à la disposition du Consortium des journalistes d'investigation (ICIJ) à Washington, qui les a partagées avec plus de 50 autres médias internationaux, dont le "Guardian" au Royaume-Uni ou la "Süddeutsche Zeitung" en Allemagne.

Les données, analysées par quelque 154 journalistes, portent sur la période allant de 2005 et 2007. Des milliards auraient transité sur ces comptes à Genève, cachés entre autres derrière des structures offshore au Panama et dans les îles vierges britanniques.

Sur son site, "Le Monde" publie une réponse de HSBC qui dit reconnaître les "manquements passés", et avoir pris depuis plusieurs années de nombreuses initiatives pour empêcher l'utilisation de ses services à des fins d'évasion fiscale ou de blanchiment d'argent.

La filiale suisse de la banque britannique HSBC a assuré lundi avoir "changé", après les "manquements constatés en 2007" : "HSBC (Suisse) a entamé une transformation radicale en 2008 pour empêcher que ses services soient utilisés pour frauder le fisc ou blanchir l'argent sale", a indiqué le directeur général de cette filiale, Franco Morra.

Selon la banque, une "nouvelle direction a procédé à un examen en profondeur des affaires, ce qui inclut des fermetures de comptes de clients qui ne correspondaient pas aux standards élevés de la banque, et la mise en place d'un système très poussé de contrôle interne". "Ces révélations concernant des pratiques du passé doivent rappeler que ce vieux modèle d'affaires de la banque privée suisse n'est plus acceptable", a conclu le directeur général.

Le secret bancaire en Suisse s'est réduit comme peau de chagrin, la pression sur les banques s'étant fortement accrue alors que de nombreux gouvernements ont accentué la chasse à l'évasion fiscale.

Posté par stetienne à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 janvier 2015

tiens encore dexia et ses x et ses enarques

D'ores et déjà plombés par l'affaire des emprunts toxiques de Dexia, les comptes de près de 1.300 collectivités françaises sont désormais menacés par la hausse du franc suisse, sur lequel ces emprunts étaient indexés. "Avec un taux d'intérêt passé d'un coup de 13,7% à près de 26%, ce sont 700.00 euros d'annuité d'emprunt que nous devrions rembourser jusqu'en 2038", s'alarme Gérard Gicquel, maire d'Elven (Morbihan).

Pour cette commune de 5.600 habitants qui avait contracté, en 2008, un prêt de 3 millions d'euros, la décision de la Banque nationale suisse d'abandonner son taux plancher de conversion à 1,20 euro pour un franc suisse prend des allures de catastrophe.

"Quand on fait la somme des annuités d'emprunt, des baisses de dotation de l'État, des charges supplémentaires comme les rythmes scolaires, on dépasse largement notre capacité d'auto-financement, constate, amer, Gérard Gicquel. Tout concourt à nous mettre la tête sous l'eau et à ce qu'on soit mis sous tutelle".

A la tête, depuis mars, d'une commune déjà très endettée - plus de 2.500 euros par habitant - l'édile multiplie les interventions auprès des politiques, des associations d'élus, des médias pour que l'État réagisse. "C'est une affaire d'importance nationale", renchérit Serge Brosolo, adjoint aux finances de Quiberon, autre commune morbihannaise dans la tourmente.

"Avec un taux d'intérêt qui atteint aujourd'hui 29%, c'est comme si on avait emprunté des dizaines de millions d'euros et non 2,8 millions. On est à 6 fois le taux de l'usure, ce n'est juste pas possible", s'insurge l'élu.

Pour lui, le fonds de soutien de 1,5 milliard d'euros mis en place par les pouvoirs publics pour aider les collectivités à sortir de la nasse des emprunts toxiques "n'a plus aucune utilité" ses moyens ne permettant plus de faire face aux besoins depuis l'envolée du franc suisse. 'autant que les "pénalités de sortie" négociées par les communes avec ce fonds pour sortir de ces emprunts explosent elles aussi : de 6 millions à 13 millions d'euros pour Quiberon, par exemple.

"La seule voie qui nous reste est la voie contentieuse", assène Serge Brosolo. C'est celle qu'a également choisi Auguste Louapre, nouveau maire de Bruz, commune de 18.000 habitants en périphérie de Rennes (Ille-et-Vilaine).

Comme son collègue de Quiberon, il déplore que l'État n'ait pas apporté de réponse suffisante aux "manoeuvres qui frôlent l'escroquerie" de Dexia, dont l'héritière est la Société de financement local (Sfil) contrôlée à 75% par l'État.

A Bruz, le taux d'intérêt des 4 millions empruntés en 2007 atteint aujourd'hui 27,50%. "Avec un tel niveau, l'endettement de la commune, aujourd'hui de 19 millions d'euros, va doubler", assure le maire. "C'est simple, on ne peut pas payer. Si nous étions une entreprise, nous serions en cessation de paiement. Il faut qu'on nous aide, qu'on se batte pour trouver des pistes de sortie", dit M. Louarpe, trésorier de l'association Acteurs publics contre les emprunts toxiques (Apcet).

Dans l'immédiat, sa commune a décidé de limiter ses remboursements à un taux de 5,5%, le reste étant seulement provisionné. Confrontée non à un emprunt mais à un produit de couverture de taux "très toxique", la ville de Laval (Mayenne) atteint sans doute un record avec un taux d'intérêt qui a grimpé à 50% pour une parité euro franc suisse à 1/1. "Alors qu'il nous reste 10 ans à rembourser, avec un encours de 10 M d'euros, les annuités seraient de 5 millions d'euros", explique l'adjoint aux Finances, Philippe Habault.

Une situation "très pénalisante", selon l'élu, qui espère que le tribunal de Nanterre tranchera en faveur de la ville dans la procédure engagée contre Dexia. Selon M. Louarpe, 1.300 collectivités seraient aujourd'hui concernées dans toute la France, dont une centaine de "cas graves".

Parmi les victimes, on trouve notamment Chambéry, Clermont-Ferrand ou encore la Métropole de Lyon qui, le 1er janvier, a non seulement récupéré les prérogatives du conseil général du Rhône mais aussi une partie de ses emprunts toxiques.

Posté par stetienne à 14:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 décembre 2014

mais qu il demissionne ce cretin

Hollande défend l'exonération fiscale des grands événements sportifs

1/la france na absolument pas besoin de grand evenement sportif qui coutent une fortune aux contribuable

2/et encore moins de les exonerer de taxe putain mais c est quoi ce gogole qu est ce qu il fout dans un parti censer etre de gauche ????????????????

 

bref casse toi grosse merde molle qu on te revoit plus comme le nabot sarko

Posté par stetienne à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 novembre 2014

euro 2016 scandaleux tout simplement

Euro-2016-pas-de-panique-c-est-un-hold-up-fiscal-

ne plus voter pour eux et ca s'arrettera tout seul plus un centime pour le foot plus une voie pour l umps corrompu jusqua la moelle.

Posté par stetienne à 20:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,