10 décembre 2012

laxisme du systeme judiciare

taubira,racaille,malfrat,grand banditisme,valls ,hollande,ps,justice,juge,laxisme ,ubu,avocat,avocaillon,ministere de la justice

de pire en pire

trou de balls valls peut jouer au pere fouettard la memere daubeirate joue a la mere noel avec les delinquants

lamentable ps et lamentable hollande

La garde des Sceaux, Christiane Taubira, a annoncé aujourd'hui à Palaiseau dans l'Essonne qu'un texte de loi prévoyant la suppression de la rétention de sûreté était en préparation.

La rétention de sûreté, "je le confirme, elle sera supprimée, comme les tribunaux correctionnels pour mineurs seront supprimés, comme les peines plancher seront supprimés", a déclaré Taubira, à l'occasion de la journée "Prison-Justice" du Genepi (Groupement étudiant national d'enseignement aux personnes incarcérées). "Ce sera dans un texte de loi que nous sommes en train de préparer", a-t-elle ajouté. "La rétention de sûreté, c'est juste pas concevable", a-t-elle encore dit.

Votée en 2008 par la droite, la rétention de sûreté prévoit de maintenir enfermés des criminels condamnés à au moins 15 ans (pour viols aggravés notamment) s'ils sont jugés dangereux une fois leur peine purgée. Elle est également applicable à des personnes qui violeraient les obligations de leur "surveillance de sûreté".

Quant à la suppression des peines plancher, des tribunaux correctionnels pour mineurs et l'indépendance de la justice, ces mesures faisaient partie des "60 engagements" de François Hollande durant la campagne présidentielle.

Dès son arrivée Place Vendôme, Christiane Taubira avait fait siens ces engagements du président nouvellement élu.

En septembre, Taubira, a présenté une circulaire prescrivant aux parquets un recours limité aux peines plancher et présentant les aménagements de peines comme une "priorité de politique pénale", pour désengorger les prisons et prévenir la récidive. Ce texte lui a valu d'être taxée de "laxisme" par la droite.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/ ... primee.php

Posté par stetienne à 10:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 décembre 2012

Lyon-Turin : une absurdité dogmatique

Lyon-Turin : une absurdité dogmatique

tout est dit mais nos eurocrates sont a des milliards d'annee lumieres de la realité c est pour cela que la france ne doit plus donné un microcentime a bruxelels

Posté par stetienne à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

En Espagne, les nouveaux visages de la pauvreté

Des SDF espagnols se réchauffent au centre d'accueil de Caritas à Burgos, le 28 novembre 2012

Sous la neige qui tombe pour la première fois de l'hiver, ils se pressent à l'entrée du centre d'accueil de Caritas à Burgos, dans le nord de l'Espagne. Immigrés, femmes, chômeurs, ils ont les multiples visages de la pauvreté qui grandit dans ce pays en crise.

Dans la boutique, au rez-de-chaussée du foyer de l'organisation caritative, les femmes fouillent dans les rayons pour dénicher les vêtements chauds qu'elles emporteront pour une poignée d'euros.

"Je suis venue à cause du froid", murmure Carmen Perez, une femme de ménage de 52 ans, son petit visage emmitouflé dans un gros bonnet de laine, en serrant contre elle le sac renfermant le précieux manteau. "Cela va me tenir très chaud".

Depuis un an, avec ses revenus de 800 euros par mois, son mari et ses trois fils de 20, 24 et 28 ans, tous maçons au chômage, son loyer de 400 euros, elle est devenue une habituée de cette boutique.

"Ici, si tu n'as rien, ils te donnent des choses gratuitement", confie-t-elle. "Aujourd'hui, ils m'ont fait cadeau d'une écharpe".

A l'accueil, les sans-abri attendent leur tour, espérant trouver une place dans ce foyer de 40 lits, installé dans une ancienne bâtisse en pierre rénovée, tout près du coeur historique de cette ville de 170.000 habitants.

Des Espagnols de la classe moyenne achètent des vêtements pour un euro pièce dans un centre d'accueil de Caritas à Burgos, le 4 décembre 2012

"Depuis janvier, nous avons déjà hébergé 1.100 personnes, autant que pour toute l'année 2011", explique David Alonso, l'un des employés chargé des sans-abri.

Alors que le chômage en Espagne dépasse les 25%, les organisations humanitaires s'alarment de la progression de la pauvreté, mais aussi du profil nouveau des demandeurs d'aide. 12,7 millions de personnes, dans ce pays de 47 millions d'habitants, étaient en 2011 en danger de pauvreté ou d'exclusion, selon une étude européenne.

"La crise affecte maintenant des gens qui étaient dans une situation stable, des gens de la classe moyenne", souligne David Polo, qui travaille lui aussi avec les sans-abri. "Il n'existe personne en Espagne qui n'ait été touché par la crise, sauf les très, très riches".

"Dans la rue, ce sont des gens plus jeunes: de 40 à 50 ans, la moyenne d'âge est passée à 35 ou 40 ans. Cette année, nous voyons aussi une augmentation significative du nombre de femmes", ajoute David Alonso: 12% des 1.100 personnes hébergées, contre 9% l'an dernier.

Dans le réfectoire voisin du centre Saint-Vincent de Paul, Javier Santos restera de longues heures, avec ses compagnons, attablé face à la télévision qui sert à tuer le temps.

"Je suis venu prendre un café, je n'ai pas d'autre endroit où prendre un café", lâche ce chômeur de 34 ans.

Depuis plus de dix ans, Julian Garcia observe ceux qui frappent à la porte du réfectoire. Ce retaité discret de 60 ans est l'un des bénévoles de la cantine sociale qui sert chaque jour déjeuner, goûter et dîner aux plus démunis.

Des volontaires de l'association Caritas observent une SDF dormant dans une rue de Burgos avant de lui proposer de rejindre le centre d'accueil, le 30 novembre 2012

Son verdict est sans appel: "Les premières années, il y avait beaucoup d'immigrés. Depuis environ trois ans, le nombre de gens originaires de Burgos, sans ressources, qui doivent se débrouiller pour trouver de la nourriture, a augmenté de manière alarmante".

Javier avait un emploi dans la métallurgie, une fiancée, un toit, gagnant parfois "jusqu'à 2.800 euros par mois, en travaillant le dimanche".

Depuis deux ans, c'est la dégringolade: le licenciement, la rupture, la fin des allocations chômage, puis la rue, sans ressources.

Javier reste discret quand l'un de ses compagnons raconte sa dérive dans l'univers de la drogue. Mais pour les employés de Caritas, le fléau est présent au quotidien, accentué par le chômage qui fait tomber les derniers remparts sociaux.

"Avec la perte d'emploi, apparaissent au grand jour des problèmes jusque là cachés, comme l'alcool, les addictions", souligne David Alonso.

Le soir venu, dans le foyer de Caritas, les sans-abri retrouvent la chaleur des couloirs et des chambres. Au rez-de-chaussée, ils seront six ou sept, cette nuit-là, à déplier leur couverture sur les lits de camp de l'unité d'hébergement d'urgence, préférant ce confort sommaire au froid du dehors.

Posté par stetienne à 16:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

François Hollande inaugure le Louvre-Lens, en plein bassin minier

mes commentaires: je pense que les regions doivent avoir des beaux musées aussi en effet la plus part des grands musées sont a paris: musée de la marine,le louvre,orsay,............ donc une redistribution aux profils des regions est une excellente chose le pres de tableau ou de copie pour des expositions itinerantes dans les musées provinciaux est une obligation pour les grands musées nationaux

Une femme regarde le tableau "La liberté guidant le peuple" d'Eugène Delacroix le 3 décembre 2012 au Musée Louvre-Lens (Photo Philippe Huguen/AFP)

Mardi 04 décembre 2012, 10h15
Le président François Hollande inaugure mardi le musée du Louvre-Lens, posé sur un carreau de mine de l'agglomération la plus pauvre de France, brillant tel un diamant par son architecture lumineuse et épurée, et ses chefs-d'oeuvre envoyés par le Louvre.

"C'est un merveilleux joyau", s'enthousiasme le député-maire (PS) de Lens Guy Delcourt lors d'une visite de presse lundi. "Cela va nous permettre de sortir des images souvent négatives sur le bassin minier", ajoute-t-il.

"Nous savons qu'un musée ne fait pas le printemps. Mais il signe au moins la fin de l'hiver" pour cette ville de 35.000 habitants, meurtrie par les guerres et la désindustrialisation, déclare Daniel Percheron, président (PS) du Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais qui porte le projet depuis le départ.

Lorsqu'il apprend que le Louvre songe à créer une antenne dans le cadre de la décentralisation culturelle lancée en 2003 par le ministre de la Culture d'alors Jean-Jacques Aillagon, M. Percheron, qui a grandi à Lens, se jette à l'eau. Il demande au patron du musée Henri Loyrette si la candidature de Lens serait "ridicule". "Non, au contraire", lui répond le président-directeur du Louvre.

Jack Lang, vice-président de la région Nord-Pas-de-Calais à l'époque, se souvient avoir écrit en 2004 au chef de l'Etat Jacques Chirac pour plaider en faveur de Lens alors que six villes étaient en compétition pour accueillir l'antenne du Louvre, dont Amiens gérée par la droite.

Vue du musée du Louvre-Lens, le 3 décembre 2012 à la veille de son inauguration (Photo Philippe Huguen/AFP)

Renaud Donnedieu de Vabres, successeur de M. Aillagon rue de Valois, tient à rappeler avoir milité lui aussi en faveur de Lens. Jacques Chirac tranche en novembre 2004 pour une "ville rouge et rose", relève M. Percheron.

"Deux cathédrales"

Si le Louvre-Lens a tant de pères et de parrains revendiqués, c'est sans doute parce que le bébé est beau et plein de promesses.

D'abord architecturalement. Le musée de verre et d'aluminium poli, conçu par l'agence japonaise Sanaa, s'est posé sur un ancien carreau de mine à charbon. Les bâtiments bas mais très longs réfléchissent la lumière, semblant se fondre dans le ciel lorsqu'il pleut et étincelant lorsque le soleil revient.

Surtout, pour réussir son pari, le Louvre n'a pas hésité à envoyer à Lens toute une série de chefs-d'oeuvre, notamment "La Liberté guidant le peuple" (1831) de Delacroix mais aussi "Balthazar Castiglione" de Raphaël ou "Louis-François Bertin" de Ingres, qui s'installeront pour un an.

Le Louvre-Lens, qui ouvrira au public le 12 décembre, a pour épine dorsale une Grande Galerie qui sera accessible gratuitement la première année.

Sous le nom temporaire de Galerie du temps, elle présente pour cinq ans plus de 200 oeuvres dans un accrochage remarquable qui part de la plus Haute Antiquité pour aller jusqu'en 1850, retraçant le Louvre dans toute son amplitude chronologique et géographique en un seul espace.

D'ambitieuses expositions temporaires seront également proposées. La première porte sur la Renaissance et présente notamment "La Sainte Anne" de Léonard de Vinci.

Le Louvre-Lens mise sur une fréquentation de 700.000 visiteurs la première année, et 500.000 les années suivantes. Située à une heure de Paris en TGV, la ville est au coeur du bassin minier, non loin de Lille et de la Belgique.

"Le Louvre-Lens est une cellule souche qui va modifier l'ADN de notre région", assure M. Percheron. "Désormais il y a deux cathédrales à Lens, le stade Bollaert et le Louvre", sourit Henri Loyrette.

Le Louvre-Lens a coûté plus de 150 millions d'euros. "On est plus proche des 200 millions d'euros, en incluant des aménagements autour", précise M. Percheron. La Région finance l'investissement à hauteur de 59%.

Posté par stetienne à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 décembre 2012

les nouveaux collabos

immigration,ps,hollande,valls le trou de balls,europe ecologie,bobo,la gauche,front de gauche,collabos,arabe,la france aux francais,maffieux x enarque, science po, ump,zero immigration,le pretendu besoin en  immigration le grand mensonge du 21eme siecle,vive marine le pen,

qu on les tondent ses merdes et qu on les expulses hors de france cette bande de merde degenerés

le collabos specialité francaise commele montre cette photo de cette  bande de degenerés

les nouveaux collabos boboide

Posté par stetienne à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

tiens le pepy qui fait de la com sur les degradations lol

projet pour la france,sncf,ratp,guillaume pepy,graffitis,juge,tags,racailles,com,laxisme,science po,enarque

et les graffitis et immonde tag sur les trains les voies de chemin de fer les jugeootes n ont qu a obliger les djeunes delinquants a les effacer plutot que de les remettres en circulation le lendemain regarder la gare de lyon part dieu comme cest immonde

et les tgv au chiots immondes mais a la sncf ils preferent editer une revue de com que personne ne lis plutot que  d'effacer graffitis et avoir toilettes propres et apres ils font de la com comme si leur com de merde allait changer quoique ce soit

ils n ont qu a interdire de transport en commun les racailles qui degradent mais quand on voit que dans les ter saint etienne lyon les controleurs ne controlent plus rien du tout de peur de se faire agresser .......................

 

Les entreprises de transport s'attaquent aux incivilités

 

Journaux ou canettes abandonnés sur les sièges, entraves à la fermeture des portes, insultes ou bousculades: ces incivilités qui pourrissent la vie des voyageurs sont prises à bras-le-corps par les entreprises de transports.

Le président de la SNCF Guillaume Pepy devait évoquer ce sujet lundi lors d'une conférence de presse.

"Les crachats, les doigts d'honneur et les insultes, c'est monnaie courante", témoigne Tarik Gouijjane, chauffeur de bus à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine) et délégué du personnel FO.

Le pire, selon lui, se déroule dans les "noctiliens", ces bus qui ramènent chez eux les noctambules: "les gens boivent de l'alcool, fument des joints, mettent les pieds sur la banquette", décrit-il.

Pour lutter contre ces comportements discourtois, la RATP et la SNCF se sont chacune emparé du sujet, à coups de campagnes de communication.

Fin juin, la RATP a déployé une campagne d'affichage comparant ses usagers à des animaux: la poule qui papote bruyamment au téléphone, le phacochère qui laisse ses déchets sur le siège voisin ou encore l'âne qui empêche la fermeture des portes.

D'après une étude confiée par la RATP à TNS Sofres, parue en juin, 97% des voyageurs franciliens interrogés déclarent avoir été témoins d'au moins une incivilité dans le mois écoulé, et 63% des personnes interrogées se sont déclarées parfois inciviles.

En novembre, la SNCF s'est également engagée sur le thème "il n'y a pas de petites incivilités". Une cigarette et un chewing-gum géants ont été installés dans plusieurs grandes gares et la SNCF a distribué 300.000 poubelles de poche.

Retards et sentiment d'insécurité

Durant l'année, des médiateurs sillonnent également certains tronçons, et sans délivrer de contraventions, découragent les gestes non citoyens en assurant une présence rassurante.

Dans l'Essonne, la compagnie de bus Tice, qui transporte 80.000 voyageurs par jour, s'est appuyée sur des utilisatrices afin "qu'une partie de la clientèle se saisisse du problème", explique Alexandre Flon, son responsable de développement urbain.

Une soixantaine d'habituées de la ligne 402, qui dessert des quartiers sensibles à Grigny, Corbeil ou Courcouronnes, sont mobilisées depuis un an pour améliorer confort et tranquillité de la ligne.

"Elles agissent en matière de prévention. Elles peuvent elles-mêmes réguler des comportements en allant à la rencontre d'autres utilisateurs et elles sont aussi des relais d'opinion dans les quartiers", raconte Alexandre Flon.

Tous les trois mois, des réunions sont organisées où les femmes de la ligne 402 émettent leurs suggestions sur la sécurité, la ponctualité, le contrôle des voyageurs.

Parfois anodins mais répétitifs, les actes irrespectueux ne doivent pas "être occultés car ils occasionnent de nombreux retards sur les lignes et provoquent un certain sentiment d'insécurité", souligne le député UMP Pierre Morange dans un rapport publié en mars sur les transports en Ile-de-France.

"La SNCF a dénombré 18.600 actes de malveillance en 2010", rappelle le député.

Et "selon la RATP, les incivilités sont responsables à 44% de l'irrégularité de la ligne A en 2011. Elles sont notamment le fait de voyageurs ou de tiers: entrave à la fermeture des portes, signal d'alarme actionné indûment, actes de malveillance divers"

Posté par stetienne à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
27 novembre 2012

les eurocrates et les maffieux x enarques nous ont mis dans la merde

ca va mal se finir

 

Posté par stetienne à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 novembre 2012

scandaleux

il faut les renvoyer dans leur pays  tous et les collabos qui les protegent avec

http://www.voxfnredekker.com/archives/2012/11/25/25670242.html

et nous on a meme pas d elogement hlm moi ca fait 5 ans que j attend un logement hlm

cela me reconforte dans mon chjois de voter front nationale eux au moins ils defendent les francais

Posté par stetienne à 20:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

le morale des francais au plus bas

on comprend pourquoi

francais de 2012

Le plus important, quand le fisc t’a plumé
c'est de toujours garder...la tête haute !
N'oubliez pas sur votre formulaire d'impôts 2012, à compléter et retourner immédiatement par la poste.
Dans la case : Avez-vous des personnes à charge ? coché : OUI
Dans la case : Liste des personnes à ma charge, répondez :
Les sans-papiers,
les senateurs

les ministres,les conseils generaux,la region

les toxicomanes,
les chômeurs,
les politiciens,
les RMIstes,
les CMU,
les RSA,
les AME,
les ROMS,
les délinquants en tôle,
les journalistes imprudents enlevés,
les syndicats,
les fraudeurs en tous genres,

et la moitié de l'Afrique...
et maintenant les GRECS ...!

Posté par stetienne à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,