24 décembre 2013

arretons de subventionner dassault

ses avions personne n en veut et puis je vois pas pourquoi il faudrait le subventionner massivement et pas les ouvrieres du textile

bref plutot que de gaspiller des milliards dans cette boite l etat doit investir dans la mise en place d'une agriculture non productiviste non exportatrice et dans la conception de voiture qui consomme moins de 1 litre au cents

 

Posté par stetienne à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 décembre 2013

c est les vacances d'hiver

ski hiver

Posté par stetienne à 08:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

le judas nouveau est arrivé

pas étonnant que les syndicats se soient effondrés et soient maintenu artificiellement en vie par l'etat.faudra bien un jour arrêter l'archanement thérapeutique sur eux lol

Edouard Martin, le héros de Florange, tête de liste PS aux Européennes

Citer:
« Oui, je serai tête de liste sur la liste socialiste dans le Grand Est. J’ai accepté la proposition qui m’a été faite », a déclaré Edouard Martin mardi soir au JT de 20h de France 2.
Un peu plus d’un an après que le syndicaliste a dénoncé la « trahison » de François Hollande à propos de l’extinction définitives de deux hauts fourneaux du site ArcelorMittal de Florange, ce ralliement est une très belle prise pour le chef de l’Etat. Pour la CFDT locale, cela risque d’être plus compliqué. Longtemps d’ailleurs, Edouard Martin a redouté d’être pris pour un vendu.
« Je m’engage dans une nouvelle mission: je n’ai pas l’impression de m’engager en politique, dans le sens où je n’ai pas programmé de faire une carrière politique. J’ai simplement envie de continuer le combat que nous menons depuis maintenant plusieurs années sur le maintien de l’industrie en France et en Europe, et j’ai envie de le poursuivre à un autre niveau, au niveau européen, parce que c’est là que se prennent toutes les grandes décisions qui nous impactent », a ajouté le leader syndical.



Je suppose que mollande va lui donner la Légion d'Honneur de la traîtrise ?

Image

Ici reposent les promesses de changement de F. Hollande faites aux ouvriers et leurs familles à Florange le 24.02.2012 - Forges et Sidérurgie Lorraine - 1323-2013 - La force ouvrière de Florange

Le syndicaliste CFDT Edouard Martin va à la gamelle

Edouard Martin à ses collègues grévistes : "je ne ferai jamais de politique"


SOURCE : EUROPE1 -- "On a l'impression d'être cocus. Il nous avait dit : je ne ferai jamais de la politique". Walter Broccoli, délégué syndical FO de la raffinerie de Florange, ne décolère pas contre son ancien compagnon de lutte, Edouard Martin. Le syndicaliste CFDT, emblématique tête d'affiche du combat pour le sauvetage de l'usine de Moselle, a annoncé mardi soir sur France 2 sa candidature pour le PS dans la région Grand-Est pour les élections européennes. Et chez FO, ça passe mal.

"Il s'est servi de Florange". "L'impression qu'on a, c'est une impression de malaise. Quelque part, on a l'impression qu'il s'est servi de Florange pour son ambition personnelle. Il s'est servi de nous jusqu'au bout", s'est ainsi indigné Walter Broccoli mardi, au micro d'Europe1. Selon le délégué FO, le comportement récent d'Edouard Martin envers la majorité était clairement calculé en vue d'une telle candidature.

"À Florange, ça va faire tout drôle de savoir qu'en récompense de services rendus, il va avoir une place de député européen. Il ne faut pas oublier qu'au mois d'octobre, on a vu le président. J'étais présent à la réunion et Edouard Martin était bien gentil avec lui. Maintenant, on comprend pourquoi", s'indigne Walter Broccoli. "Pour nous, c'est clair, c'est une trahison. Je pense qu'il sera meilleur politicien que syndicaliste. Sa place, c'est vraiment là où il va aller", s'indigne-t-il. Et d'asséner : "quand on promet de ne jamais faire de politique et qu'on y va, c'est un mensonge. Tout comme lorsqu'Hollande nous avait promis qu'aucune usine rentable ne fermerait".

Le syndicaliste de FO a entièrement raison : par sa capacité a promettre et ne pas tenir, Edouard Martin possède déjà la qualité essentielle pour faire un parcours de politicien. Ses voisins de la Région Grand Est où il sera candidat sont quant à eux invités à démontrer leurs qualités classiques d'électeurs : savoir voter pour un menteur.

Posté par stetienne à 09:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 décembre 2013

La "légalisation du suicide médicalement assisté" préconisée:

tout à fait favorable à ca a quoi bon souffrir si a une maladie incurable.

Patient dans une unité de soins palliatifs ( AFP/Archives / Fred Dufour)

La conférence de citoyens sur la fin de vie a préconisé lundi "la légalisation du suicide médicalement assisté", mais avec des "nuances".

Cette "conférence de citoyens", mise sur pied par le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) à la demande de François Hollande, s'oppose cependant à une inscription dans la loi de l'euthanasie, même si elle propose, dans des cas particuliers, des "exceptions d'euthanasie".

"La possibilité de se suicider par assistance médicale comme l'aide au suicide constitue, à nos yeux, un droit légitime du patient en fin de vie ou souffrant d'une pathologie irréversible, reposant avant tout sur son consentement éclairé et sa pleine conscience", souligne dans son avis le panel qui regroupe 18 citoyens "représentatifs" de la population.

Concernant la question de l'euthanasie, les citoyens estiment que "les mesures contenues dans la loi Leonetti, les avancées en matière de soins palliatifs et l'ouverture de recourir au suicide assisté que nous préconisons dans notre avis permettent d'écarter l'euthanasie comme solution pour la fin de vie".

Mais ils "se déclarent favorables à une exception d'euthanasie" envisageable dans "des cas particuliers ne pouvant entrer dans le cadre du suicide assisté" comme lorsque "le consentement direct du patient ne peut pas être recueilli".

"Ces cas strictement encadrés seront laissés à l'appréciation collégiale d'une commission locale qu'il conviendra de mettre en place", précisent-ils.

Parmi les autres aménagements, les citoyens ont également évoqué "'l'autorisation de la sédation en phase terminale", soulignant que dans cette phase, "l'objectif de soulagement de la douleur et de la souffrance du patient doit primer sur le risque de décès pouvant survenir à l'issue d'une sédation profonde".

Cette sédation doit s'inscrire dans un "échange et une écoute du patient quand cela est possible et sinon de son entourage" ont-ils ajouté.

Le panel de citoyens s'est également prononcé pour le "développement massif de l'accès aux soins palliatifs" et a regretté la faiblesse de la formation du corps médical dans ce domaine.

Jean-Luc Romero, le président de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD) qui milite pour la légalisation de l'euthanasie s'est pour sa part félicité de la "grande avancée" sur le suicide assisté "qui est la porte ouverte au respect de la volonté des patients".

Mais il s'est montré beaucoup plus critique sur "l'exception d'euthanasie", estimant qu'il s'agit "d'une fausse bonne idée qui ne répond pas à toutes les situations puisqu'elle laisse encore trop de place à la décision médicale".

"Conformément à ce que demandent 9 Français sur 10", le président de la République doit "respecter la proposition 21" figurant dans son programme électoral et "légaliser enfin une aide active à mourir comme elle existe déjà aux Pays-Bas, en Belgique et au Luxembourg" ajoute-t-il.

 

Posté par stetienne à 14:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 décembre 2013

le visage des collabos

projet pour la france,syndicat,cgt,fsu,tiers mondiste,immigration,le pretendu besoin en immigration le grand mensonge du 21eme siecle,mrap,sos arabe,cnrs,pedagogo,education nationale,iufm,collabo,

non l immigration n est pas utile et est le grand mensonge du 21eme siecle

Un rapport remet en cause la politique d'intégration:

PARIS (Reuters) - Un rapport proposant au Premier ministre de refonder la politique d'intégration et de construire la France "en reconnaissant la richesse de ses identités multiples" suscite des réserves à gauche et une levée de boucliers à droite.

L'UMP y voit une volonté de "faire de la France une société multiculturelle" tandis que Marine Le Pen, la présidente du Front national, dénonce une grave provocation qui signifierait "l'abandon définitif du modèle républicain".

Le document remis à Jean-Marc Ayrault et mis en ligne sur le site de Matignon prône ainsi l'abandon du mot même d'intégration vécu comme une "injonction" et une politique fortement ancrée sur l'égalité et la fin des discriminations.

Le texte, comprenant cinq contributions rédigées par des représentants d'associations, de fonctionnaires, de syndicalistes et de chercheurs, des noms qu on voit qui sont ces collabosdénonce le discours nationaliste accru depuis la fin des années 80 et la médiatisation ayant entraîné un durcissement de la législation sur l'immigration.

Le Premier ministre, qui a salué "la grande qualité des travaux", rassemblera début janvier une partie de son gouvernement autour du thème de l'intégration.

Parmi les propositions controversées, la contestation de la suprématie de la langue française, avec l'étude de l'arabe et des langues africaines, l'autorisation du voile à l'école et la création d'un délit de harcèlement racial ainsi que d'une Cour des comptes de l'égalité.

Des rues et places pourraient être également nommées en écho à l'histoire des migrations et les programmes d'histoire révisés, tandis que les médias se verraient interdire toute mention de nationalité ou d'appartenance ethnique.

S'opposant à une laïcité "orthodoxe", les auteurs estiment que ce qui fait le vivre ensemble ne doit pas être prédéterminé "par la société majoritaire et ses élites", mais être le fruit d'un processus à la fois ascendant et descendant.

"IL FAUDRA FAIRE LE TRI"

Ils préconisent aussi de revoir l'ensemble des circulaires et textes de loi "qui comportent des mesures discriminatoires ou dont les effets induits sont des processus discriminatoires".

Après la dissolution du Haut Conseil de l'Intégration (HCI) en 2012, Jean-Marc Ayrault avait fait part de son intention de "renouveler en profondeur l'approche des questions d'intégration en France".

Mais le travail des groupes qui ont rédigé le rapport est perçu comme excessif, y compris à gauche.

Thierry Mandon, le porte-parole du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, a estimé qu'il faudrait "faire le tri entre une démarche salutaire et des propositions parfois jusqu'au-boutistes".

Il n'est pas "envisageable que l'on revienne sur la loi sur le port du voile à l'école", a-t-il dit sur RTL.

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, a dénoncé une volonté "d'ériger le communautarisme en nouveau modèle pour la France", dénonçant une volonté électoraliste.

"Je le dis au président de la République, je ne laisserai pas briser le pacte républicain pour de basses considérations électoralistes", écrit-il sur son compte Twitter.

Jean-François Copé répète que "les signes religieux ostentatoires n'ont pas leur place dans une salle d'école publique."

Pour l'ex-Premier ministre UMP François Fillon, ces rapports "s'inscrivent dans la logique d'une France communautarisée et désunifiée."

"Je récuse cette vision molle de la République qui tourne le dos à la citoyenneté et à la fierté d'être Français", écrit-il dans un communiqué. "Notre pays a besoin d'être rassemblé et pas balkanisé, il a besoin d'intégrer et d'assimiler les étrangers selon ses valeurs et son histoire."

Marine Le Pen estime que la mise en oeuvre des propositions constituerait "une véritable déclaration de guerre aux Français". "Les valeurs que nous portons sont à l'opposé de ce rapport et de cette politique de l'UMP et du PS : arrêt de l'immigration, affirmation de nos lois et de nos valeurs, assimilation républicaine", écrit-elle dans un communiqué.

Posté par stetienne à 15:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

ump =ultra magouilleur profiteur

projet pour la france,ump,sarkosy,rachida dati,coppe,avocat d'affaire,cac 40,x enarque,grand patron,lobby industriel,ministre,cabinet d'avocat,affaire,affairiste,

a ces umpouettes nous ferons toujours marrer
Rachida Dati serait-elle plus riche qu'elle ne le dit ? Il y a un an et demi, dans une interview au magazine Elle, l'ancienne garde des Sceaux affirmait : "Je gagne environ 6 000 euros par mois en tant que députée européenne et rien pour mes fonctions de maire." Pourtant, d'après les informations du Point.fr, Rachida Dati touche en réalité chaque mois huit fois la somme indiquée, soit 50 800 euros par mois.L'élue passe en effet sous silence ses confortables revenus d'avocate, métier qu'elle exerce en parallèle de ses mandats de parlementaire et de maire du 7e arrondissement de Paris. Dans sa déclaration de transparence financière exigée par le Parlement européen, l'ex-ministre de Nicolas Sarkozy chiffre ses "activités annexes" à plus de 10 000 euros par mois. En réalité, Rachida Dati a perçu l'année dernière 512 416 euros d'honoraires d'avocat, auxquels s'ajoute une rémunération de 98 000 euros en tant qu'élue. Qui sont les généreux clients de maître Dati ? C'est ce que veut savoir une ONG bruxelloise spécialiste des questions d'environnement. Dans un courrier daté du 6 novembre rendu public par i<Télé, Friends of the Earth Europe demande des comptes à Rachida Dati. L'association souhaite lever le doute sur un éventuel trafic d'influence. L'eurodéputée, qui siège comme suppléante à la commission de l'Industrie, de la Recherche et de l'Énergie, a pris de manière étonnante fait et cause pour l'industrie gazière. Le 13...

Lire la suite sur Le Point.fr

Mais les parlementaires qui perdent leur mandat, deviennent automatiquement "avocat"..

Encore une connerie incommensurable, non ?

Comme Copé et Zarkozy avocats d'affaires , ces derniers sont d'ailleurs les protagonistes de cette loi , ils l'ont voter en catimini avant les Elections présidentiel en 2012 pour faire profiter ses anciens amis ministres (déchus) de leur carnets d'adresses et de leur influence pour les monnayer aux grands groupes , ont l’aurait compris c'était pas pour défendre la veuve et l'orphelin mais pour le business.

Posté par stetienne à 09:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 décembre 2013

racailles protegés de la grosse taubira s'en prennent aux francais

projet pour la france,racaille,taubira,media,villefranche,maire,ps,ump,immigration,justice,hollande,valls,collabo,la tribune le progres,journaleux,gendarmerie,

les merdias passe sous silence vivement marine et une repression ultradure contre les racailles et limogage de ceux qui les protegent

la france aux francais dehors les racailles et leur protecteur de  l umps

 

 

Posté par stetienne à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Les classes moyennes, grandes perdantes du système fiscal français:

L'étude est passée relativement inaperçue. Elle contredit pourtant pas mal d'idées reçues sur le niveau de redistribution assuré par le modèle social français. Selon ce travail du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc) de fin 2012 et repris fin décembre 2013*, le système socio-fiscal français est, sans surprise, moins redistributif que les modèles scandinaves. Beaucoup plus étonnant, il l'est aussi moins que les modèles anglais ou irlandais, plus libéraux ! De quoi conforter le Premier ministre dans sa volonté de remettre à plat le système fiscal. D'un côté, les "classes moyennes inférieures" bénéficient relativement moins des transferts sociaux que dans d'autres pays ; de l'autre, les classes "moyennes supérieures" françaises contribuent autant (en proportion de leurs revenus) que les plus aisées. Encadré : comment le Credoc définit-il les classes moyennes ? Politiquement, se réclamer des classes moyennes est porteur. Les enquêtes d'opinion montrent en effet que l'essentiel des Français estiment en faire partie. Mais "personne n'arrive à se mettre d'accord sur la définition des classes moyennes", constatent les quatre auteurs de l'étude. Pour les appréhender au mieux, ils se sont donc appuyés sur une définition forcément arbitraire. Ils ont relevé le "niveau de vie" des ménages, c'est-à-dire les revenus qu'ils touchent une fois décomptés leur contribution au système (les impôts) et ce...

Lire la suite sur Le Point.fr

Posté par stetienne à 13:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 décembre 2013

la sncf bat de l aile

projet pour la france,2017,election,ps,ump,fn,sncf,guillaume pepy,enarque,tgv,train corail,proprete des trains francais,confort des trains,racailles,degradation,

encore un systeme géré par des enarques qui bat completement de l'aile!!!!!

leur prix sont totalement irrealiste et quid de la proprete de leur train qui sont abimes par les racailles

des fois faut vraiement avoir envie de pisser tant les toilettes des trains sont immondes

ils ont tout investis dans la vitesse au lieu d'investir dans le confort et la proprete et les prix bas comme en allemagne

Transport: les vieux trains Corail bientôt à la retraite:

Photo prise le 16 août 2005 d'un train Corail de la SNCF en gare de Caen. ( AFP/Archives / Mychele Daniau)

Les vieux trains Corail, qui ont en moyenne 35 ans, vont pouvoir prendre une retraite bien méritée, l'ensemble du parc sera renouvelé d'ici 2025; parallèlement, la nouvelle génération de TER sera sur les rails à partir du mois de février.

A partir de la fin 2015, de longs serpents aux larges portes remplaceront la vieille loco et les actuelles voitures Corail, accessibles par trois marches, dont la montée s'avère parfois périlleuse, notamment avec des valises.

Le ministère des Transports a donné mercredi le coup d'envoi officiel du renouvellement des trains Corail en signant la convention de financement d'une première tranche de nouvelles rames, avec le président de la SNCF Guillaume Pepy et le président de l'Agence de financement des infrastructures de transport (AFITF) Philippe Duron.

Pour l'achat de ces 34 premières rames et la construction ou l'adaptation de centres de maintenance correspondants, 510 millions d'euros - dont 350 millions pour les trains - seront débloqués par l'Etat, via l'AFITF, avec une option de 100 millions d'euros supplémentaires.

Construits par Alstom, les Coradia Liner promettent plus de confort, 30% de consommation d'énergie en moins, mais aussi un gain de temps, grâce aux performances d?accélération et de freinage, et à la largeur des portes, qui permettent une montée et une descente plus rapide des passagers.

Un train Corail, le 12 août 2005, sur la ligne Cherbourg-Caen ( AFP/Archives / Mychele Daniau)

"Sur un trajet Nantes-Bordeaux, on aura près de 10% de gain de temps", assure Jérôme Wallut, directeur général d'Alstom Transport France.

"Prises électriques pour chaque siège, service (de restauration) à bord, nouveau design, ... C'est un niveau de confort grandes distances. Un confort TGV", a-t-il encore vanté.

Il s'agit de la première tranche du renouvellement de l'ensemble du matériel roulant des trains d'équilibre du territoire (TET), annoncée le 9 juillet par Jean-Marc Ayrault.

Le nouveau matériel sera affecté en priorité à trois lignes au départ de Paris, vers Troyes-Belfort, Bourges-Montluçon et Amiens-Boulogne, et aux deux lignes régionales Nantes-Bordeaux et Nantes-Lyon.

Le réseau Intercités, qui exploite les trains Corail, transporte, sur ses 38 lignes et 325 trains quotidiens, environ 100.000 voyageurs par jour. Juste derrière le TGV qui en compte 300.000.

Obsolescence du matériel

Vue de l'intérieur d'une rame des trains Corail Intercités, le 10 octobre 2007 gare Saint-Lazare à Paris ( AFP/Archives / Jean Ayissi)

Les TER, trains régionaux qui voient défiler chaque jour un million de passagers, vont également connaître un coup de jeune, dans 15 régions.

Jérôme Wallut, d'Alstom, fait état de l'"obsolescence du matériel" existant.

Au début de l'année 2014, les rames Regiolis d'Alstom - même plateforme que les Coradia Liner - et Regio2N de Bombardier, feront leur arrivée dans le paysage, chacun aux couleurs de sa région.

Un étage pour le Regiolis, deux pour le Regio 2N, et, pour les deux trains, une construction d'un seul bloc, sans séparation entre la locomotive et les voitures.

Pour Alstom, ce sont 182 rames qui ont été commandées, pour un montant de 1,3 milliard d'euros. "Un tube bourré de technologie, et on module l'intérieur", explique-t-on chez le constructeur français.

Le concurrent, Bombardier Transport France, met également en avant les multiples configurations possibles: "c'est un train modulable pour répondre à la très grande diversité des régions", a détaillé son président, Jean Bergé.

Une première commande ferme de 129 trains lui a été passée pour un montant total de 1,15 milliard d'euros, le contrat prévoit un maximum de 860 trains.

Le Regio 2N est l'"A380 du TER, un très gros porteur", a commenté, en septembre lors de la présentation du train, le président de la SNCF Guillaume Pepy.

Il a précisé que ce train est "plus grand d'un tiers que le plus grand TER existant. Il permet de faire face à l'explosion du trafic dans les zones denses".

Posté par stetienne à 13:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :