03 novembre 2014

euro 2016 scandaleux tout simplement

Euro-2016-pas-de-panique-c-est-un-hold-up-fiscal-

ne plus voter pour eux et ca s'arrettera tout seul plus un centime pour le foot plus une voie pour l umps corrompu jusqua la moelle.

Posté par stetienne à 20:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 septembre 2013

quelle bande d'enfoiré ces socialistes de vrai ordures

ps,hollande,moscovici,entreprise,ouvrier,employé,haut salaire,foot,club de foot,projet pour la france,impots,taxe,projet,france,etranglement des classes moyennes,le ps trahi les classes moyennes

j ai honte pour la france qu ils soient au pouvoir et honte pour les classes moyennes qu ils baisent jusqu au trognon

au contraire il faut taxer un maximum le foot  taxer les transfert de joueur taxe les clubs et leur faire payer les crs necessaires a cause de leur supporter

Fiscalité: des clubs de foot pourraient échapper à la taxe à 75%

Même si les salaires des joueurs de foot sont parfois supérieurs à plusieurs millions d'euros par an, Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie ,n'a pas exclu, ce mardi sur RMC et BFM TV, que les clubs de football puissent faire l'objet d'une exception à l'obligation faite aux entreprises de verser une taxe à 75% sur les salaires dépassant le million d'euros.

Après avoir été retoqué une première fois par le Conseil constitutionnel à la fin 2012, l'Elysée et Bercy préparent une nouvelle mouture de la taxe à 75 % pour les hauts revenus. Selon les Echos, ce texte en cours d'examen au Conseil d'Etat sera présent dans le budget. Les entreprises versant ces salaires qui devront s'acquitter de l'impôt sur la partie dépassant cette somme du million d'euros. Selon le quotidien économique, Bercy à la recherche de recettes fiscales envisagerait de l'appliquer pour les revenus de 2014 mais aussi de 2013.

Pour les clubs de foot, Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre avait au départ exclu de les exonérer même si les clubs sont vent debout contre la mesure depuis des mois. Cependant, selon les Echos, le gouvernement aurait décidé d'instaurer des mécanismes de plafonnement en faisant en sorte que la taxe versée par l'entreprise ne dépasse par un certain pourcentage du chiffre d'affaires. Si cette mesure ne concerne pas exclusivement les clubs de foot, ce sont eux qui dans les faits en seront les premiers bénéficiaires. Malgré les salaires élevés des joueurs, de nombreux clubs sont dans des situations financières diffciles et dégagent des chiffres d'affaires relativement faibles. L'objectif est d'éviter des effets trop brutaux pour les trésoreries de clubs. Selon le classement «Football money» publié par le cabinet Deloitte en janvier, pour l'exercice 2011/2012, l'OM avait réalisé un chiffre d'affaires de 135 millions d'euros devant l'OL avec 131 millions d'euros.

«Sur ce sujet, nous attendons les avis, mais c'est vrai ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Ca ne dérange pas le gouvernement d'étrangler les classes moyennes qui peinent de plus en plus financièrement, par contre les clubs de foot qui dépensent des sommes astronomiques en salaires pour leurs joueurs, il faut faire exception. On marche sur la tête là non ?

Une nouvelle façon de considérer l'équité ! Version PS. Il vaudra mieux placer demain ses capitaux dans un club de football plutôt que dans une entreprise. Pauvres salariés ! (Je parle des footballeurs, bien sûr. Pas des Smicards). Tout comme les œuvres d'art sont déjà exemptés d'ISF ou assujettis, en cas de revente, à une TVA réduite. Mais, il est vrai que, pour certains clubs et certains joueurs, c'est aussi de l'art ! De là à ce que nos gouvernants en conviennent à ce point ...

Posté par stetienne à 14:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 septembre 2013

plus belle la vie enfin poubelle la vie

l equipe de france une  legion etrangere de mercenaire qui en a riena  foutre de la france

les supporters des degeneres du bulbes violent et con

les clubs de foot tenu par des maffiosi

Le fils du directeur sportif de l'OM abattu à Marseille:

bon ben bon debaras une merde en moins sur terre

sinon trou de ball valls devrait s'acheter un pied a terre a marseille ce glandu de mes deux rmq ca fera un glandu dans une ville de gland

Posté par stetienne à 20:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 juin 2013

Dégâts du Trocadéro : Les Qataris doivent mettre la main à la poche !

Dégâts du Trocadéro : Les Qataris doivent mettre la main à la poche !

absolument d'accord les clubs de foot doivent payer les frais de crs de police et les degats provoqués par leurs supporters

Posté par stetienne à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 mai 2013

a quand une vrai repression pour les trous de balls de racaille de banlieue

projet pour la france,football,club de foot,crs,force de l ordre,emeutte,supporter,délinquance,racaille,impot,paris ,marseille,psg,

quand ils se feront peter les tibias ou les dents par les crs ca les calmera ces trou du cul

dans tous les cas c est les clubs de foot qui doivent payer les degats et  on doit instaurer une taxe sur billet pour payer force de police

sinon on a encore eu droit aux jappements du rocquet valls tien il etait pas a marseille notre bouffon

Manuel Valls, l'impitoyable

 

aux derniere nouvelles les casseurs c'etaient les toujours les memes racailles de banlieues et pas specialement supporters bien qu ils ai un grain aussi ceux la

valls devrait arrete de mentir il devrait lire les aventures de pinnochio pour voir ce qui arrive aux menteurs

La place du Trocadéro passe de la fête bon enfant aux scènes d'émeutes:

Des jeunes face aux forces de l'ordre le 13 mai 2013 au Trocadero à Paris

Mouvements de foule, jets de projectiles sur les forces de l'ordre et cafés vandalisés, sur fond de tour Eiffel: la place du Trocadéro est passée d'une fête bon enfant, pour célébrer le titre de champion de France du PSG, à des scènes d'émeutes.

Dans la soirée, des casseurs ont également gagné les Champs-Elysées, obligeant les boutiques à baisser le rideau, à l'image du célèbre restaurant de luxe, le Fouquet's.

16h30. A deux heures de l'arrivée prévue du car des joueurs, quelques centaines de jeunes supporters chantent au pied de la statue du maréchal Foch, des refrains proparisiens et antimarseillais, une des rares constantes de la soirée. Le club distribue des drapeaux blancs, l'ambiance est bon enfant.

18h00. Les membres de la tribune Auteuil, bruyants et visibles avec leurs pétards et fumigènes, débarquent en nombre derrière la place et fendent la foule de quelques milliers de personnes qui s'y est déjà massée, jusqu'à la scène.

Des supporters du PSG attendent l'arrivée du car des joueurs le 13 mai 2013 auTrocadéro à Paris

Ils signent leur arrivée en jetant des projectiles (fumigènes, bouteilles, barrières) pendant cinq minutes sur les stewards qui protègent la scène où doit se dérouler la remise du trophée.

19h00. Une trentaine d'individus ont grimpé sur un échafaudage accolé au musée de la Marine. Le speaker leur demande de descendre, "sinon la tour va tomber, on ne peut pas garantir votre sécurité". "On ne peut pas accueillir les joueurs dans ces conditions !" Ils restent sur place. La tension monte.

L'autobus des joueurs, parti du Parc des Princes, arrive du côté sud-ouest de la place. Une clameur retentit et les fumigènes jettent un voile blanc sur la place. L'excitation est à son comble, chants et fumigènes pimentent l'atmosphère. Le car ne peut progresser et quitte la place.

Le bus des joueurs duPSG entouré de la foule à son arrivée le 13 mai 2013 au Trocadéro

Peu après, la tribune de presse est envahie par les supporters, sans violence. Des mouvements de foule se produisent, les échauffourées avec les forces de l'ordre reprennent.

Cafés saccagés

Le trophée est remis hâtivement aux joueurs qui repartent très vite. La musique est coupée, la foule commence à se disperser, des mouvements de foule reprennent. 19h30. Les casseurs sont décidés à en découdre. Par petits groupes, parfois le visage masqué, souvent alcoolisés ou dans un état second, plusieurs dizaines de personnes s'en prennent aux CRS et commencent à saccager la place - le mobilier urbain et les cafés riverains.

Des jeunes face aux forces de l'ordre le 13 mai 2013 au Trocadero à Paris

Les affrontements avec les CRS reprennent plusieurs fois: les supporters lancent des projectiles, surtout des bouteilles vides récupérées dans des conteneurs éventrés, sur les forces de l'ordre, qui chargent avec grenades assourdissantes et gaz lacrymogène, et font détaler les fauteurs de trouble. Qui s'en vont casser puis reviennent à la charge.

Le calme revient aux alentours de 21 heures sur la place du Trocadéro, que jonchent des milliers de débris - verre pilé, restes de fumigènes, de drapeaux etc. Le mobilier urbain et les cafés sont pour la plupart endommagés, à des degrés divers.

Des membres d'une société de sécurité confient à l'AFP, sous couvert d'anonymat, que leurs effectifs n'étaient pas du tout suffisants pour ce type d'événement.

Les casseurs ont pris les avenues qui rayonnent depuis la place du Trocadéro et vont endommager d'autres voitures et d'autres commerces alentour.

Sur les Champs-Elysées, la police procède régulièrement à des interpellations, en général de personnes masquées, au milieu des débris de verre.

"On est chez nous, on est chez nous", scandent quelques casseurs.

Des jeunes casseurs le 13 mai 2013 sur les Champs Elysées à Paris

Plus loin devant le Fouquet's qui a fermé ses portes, un médecin de la Croix-Rouge pose une perfusion à une "personne blessée dans une bagarre", mais qui n'est pas "en détresse vitale".

Vers 23h30, la foule est moins dense sur les trottoirs, mais quelques voitures continuent à arpenter l'avenue en klaxonnant, drapeaux et parfois passagers aux fenêtres, sur le capot ou sur le toit. Pour les chasser de l'avenue par l'Arc de triomphe, une vingtaine de véhicules remontent les Champs, sirènes et gyrophares allumés.

Posté par stetienne à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 juillet 2012

taxer l argent du foot

A quand une commission pour la moralisation du football ?

je suis pour instaurer une taxe a 75% sur l argent  des transfert de joeur entre club en europe

bizarre bizarre que nos amis saussiflards ne le propose pas

Posté par stetienne à 09:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 juillet 2012

Qui sont ces stars qui s’exilent pour ne pas payer d’impôts ?

Qui sont ces stars qui s’exilent pour ne pas payer d’impôts ?

 

pour le foot je suis pour une taxation des clubs europeen a 75% lors des transfert de joueurs

Posté par stetienne à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 juin 2012

equipe de voyoux mercenaires

parti français,edf,equipe de france,foot,football,mercenaire,patrons voyoux,euro 2012,legion etrangere

l equipe de france lol une equipe de mercenaire voyoux payer grassement par des patrons du cac voyoux eux meme

representent pas la france ses bouffons et c est normal qu ils perdent  avec les mercenaires on perd toujours de toute facons

vivement qu on taxe a mort le salaire de ces bouffoneux

42627410

306927_378971565495891_2096763712_n

539594_247587402018819_1472459325_n

 le stade de la futur legion etrangere de voyoux  lol

16548710

Posté par stetienne à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
31 mai 2012

Le gouvernement s'attaque aux rémunérations des patrons :

Le gouvernement s'attaque aux rémunérations très élevées dans les grandes entreprises où l'Etat français possède des participations, une promesse électorale symbolique qui est aussi l'une des plus faciles à mettre en oeuvre.

Jeudi, le gouvernement a ainsi annoncé qu'il s'opposait à une confortable prime de départ pour le PDG de l'équipementier aéronautique et de défense Safran, dont il détient 30% des droits de vote. Le "parachute doré" de ce dirigeant, Jean-Paul Herteman, a dans la foulée été rejeté par l'Assemblée générale des actionnaires.

Dans la même veine, il a indiqué qu'au nom de la "décence salariale", il voterait jeudi contre le versement d'une prime de non-concurrence de 400.000 euros à Pierre-Henri Gourgeon, l'ancien patron de la compagnie aérienne Air France/KLM, dont il est actionnaire minoritaire (15%).

Le président socialiste multiplie les mesures symboliques sur les salaires des dirigeants d'entreprises comme des responsables politiques, cherchant à marquer les esprits en début de mandat. Le maître-mot du nouvel exécutif est "l'exemplarité".

Le nouveau pouvoir avait donné le ton le 17 mai, en annonçant une baisse de 30% du salaire du chef de l'Etat et des ministres. Face à la crise, il s'agissait de montrer que les efforts demandés à la population concernent aussi le plus haut niveau de l'Etat.

Même cure d'amaigrissement pour les salaires des entreprises du secteur public ou dans lesquelles l'Etat possède une participation.

"La réduction de la hiérarchie des salaires au sein des entreprises publiques, de 1 à 20, pour les mandataires sociaux sera faite et, comme l'a dit (le Premier ministre) Jean-Marc Ayrault, elle sera faite rapidement", a martelé jeudi le ministre des Finances, Pierre Moscovici.

Selon ce calcul, la rémunération des patrons ne doit pas dépasser vingt fois le salaire le plus bas de ces entreprises. La question sera à l'ordre du jour du Conseil des ministres dans deux semaines.

"Cette moralisation des dirigeants des entreprises, elle doit intervenir maintenant, tout de suite, et il faut aussi que (l'écart des rémunérations) soit décent, surtout lorsqu'il y a des situations sociales et économiques difficiles", a souligné Pierre Moscovici.

La limitation des salaires des grands patrons est une mesure très populaire, approuvée par quatre Français sur cinq selon un récent sondage. Elle intervient dans un contexte de crise et de rigueur budgétaire, qui empêche toute politique de redistribution des revenus et toute relance par les salaires.

Mais la mesure risque surtout d'avoir une portée très limitée, en se bornant à quelques patrons de groupes détenus à plus de la moitié par l'Etat.

"Partout où l'Etat est majoritaire, il imposera notre politique, c'est-à-dire une politique de limitation de l'échelle salariale. Là où il est minoritaire, il cherchera à convaincre", avait d'ailleurs expliqué la semaine dernière le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg.

Six grands groupes sont contrôlés majoritairement par l'Etat: Aéroports de Paris, Areva (nucléaire), La Poste, la Française des Jeux, la SNCF (transport ferroviaire) et EDF (énergie).

Avec des situations très disparates: le salaire du président de la SNCF, Guillaume Pepy, serait au-dessous de la limite, selon une source proche du dossier. Mais celui d'EDF, Henri Proglio, déjà dans le collimateur pour sa proximité avec l'ancien président conservateur Nicolas Sarkozy, très largement au-dessus (64 fois le salaire de base).

Dans les conseils d'administration mixtes (associant Etat et privé), à l'instar de ceux de GDF Suez (énergie), Renault (automobile), EADS (aéronautique) ou Air France-KLM, tout sera histoire de négociations.

"Je crois au patriotisme des dirigeants, qui peuvent comprendre que la crise suppose l'exemplarité des élites politiques et économiques", a déclaré M. Ayrault.


quid des salaires des sportifs et notament des footeux?????????car la aussi faudrait voir a controler en les taxants un peu plus en taxant les transfert entre club car le salaire des footballeurs personnages totalement inutilkes a la societe est bien  encore bien plus scandaleux que les salaires des grands patrons maffieux x enarques

Euro 2012 : le sacndale des primes


Posté par stetienne à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,