02 mai 2013

Logement: un premier volet de mesures pour fluidifier la construction

Logement: un premier volet de mesures pour fluidifier la construction

chez moi ils ont detruit tour qui etaient superbien concus mais qui etait devenu invivable a cause une deux familles de délinquants!!!!!!!!!!!!!!!!

(l expulsion hors de france des ces familles de délinquants quii ont double nationalité pour la pluspart seraient une excellente mesure pour liberer de la place dans logement pas si mal concu qu on veut nous le faire croire)

deux mesures que je mettrais en place:

controler le prix des terrains pour eviter spéculation fonciere qui enrichi quelques notaires .le prix du terrain ne doit pas depasser 10% du prix de la construction d'un logements.( je compte nationaliser le terrain a batir pour eviter spéculation fonciere).

autoriser les mobils home comme logements principale aussi( pour faire plaisir au lobby de la construction on a interdi la pose de mobile home sur terrain mais je compte liberaliser ca si une personne prefere un mobilhome sur un terrain plutot que faire construire en dur ca la regarde et surtout pas les maires les politicards et autre parasite a la solde des lobbys.

Posté par stetienne à 09:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 janvier 2013

Des familles de dealers expulsées de leur HLM

et ils vont atterir où?

perso je les logerais chez des gaugaus boboides tiers mondiste defenseur des racailles genre les troudeballs d'extreme galuque chez le melenchion for example

Quatre familles de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) vont être expulsées en raison de troubles occasionnés par le trafic de drogue organisé par leurs enfants.

L'affaire est censée être une première. Selon Le Parisien-Aujourd'hui en France, quatre familles de dealers d'une cité de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) vont être expulsées de leur HLM en raison des troubles occasionnés par le trafic de drogue orchestré localement par leurs enfants. Le voisinage n'en peut plus des menaces et des violences.

Le bailleur HLM a saisi la justice et, après de longues années de procédure, la cour d'appel de Versailles a tranché: les familles seront expulsées après la trêve hivernale. Les magistrats ont parfaitement pointé du doigt «l'enfer quotidien que constitue pour les riverains l'existence d'un trafic de stupéfiants dans l'enceinte même de la résidence».

Troubles de jouissance

Les associations proches de l'extrême gauche s'émeuvent. Le porte-parole de Droit au logement, Jean-Baptiste Eyraud, interroge: est-ce à la famille de «supporter les conséquences de ces délits?» Pour la justice, l'affaire est pourtant limpide: les parents locataires ne pouvaient ignorer l'existence du trafic qui se déroulait jusque dans les appartements. La police a ainsi saisi 1,3 kg de résine de cannabis dans l'un d'eux, le 8 juin 2009.

Pour le député UMP des Alpes-Maritimes Éric Ciotti, à qui l'on doit un dispositif novateur visant à responsabiliser les parents en cas d'absentéisme scolaire, cette mesure judiciaire n'a «rien de choquant dès lors qu'il peut être démontré que les adultes étaient complices et qu'ils n'ont rien fait pour que cesse le trouble».

Plus de 300 demandes d'expulsion sont formulées par les HLM pour «trouble de jouissance» chaque année, mais l'essentiel des milliers d'expulsions ordonnées en France est surtout motivé par les impayés de loyers. Faudrait-il trouver ces dernières normales lorsqu'elles témoignent de la simple précarité et s'offusquer de voir expulser des familles qui pourrissent la vie des quartiers mais paient leurs loyers rubis sur l'ongle, avec de l'argent dont on peut légitimement s'interroger sur la provenance?

Allocations familiales

L'affaire des expulsés des Boulogne-Billancourt tombe à point nommé. Car le débat sur la responsabilisation des parents va rebondir. Dans la nuit de mercredi à jeudi prochain, à l'Assemblée nationale, la gauche se prépare à rayer d'un trait de plume la loi Ciotti sur le contrat de responsabilisation des parents en cas d'absentéisme scolaire.

Ce dispositif intégré à la dernière loi Sarkozy sur la sécurité (dite Lopsi 2), contraignait les parents volontaires à suivre un parcours de formation à l'éducation de leurs enfants et surtout à mieux les surveiller. La suppression temporaire des allocations familiales était prévue comme sanction ultime en cas de démission totale des adultes. Éric Ciotti assure que ce système d'assistance éducative commençait à porter ses fruits et était «salué partout où il était mis en place».

 

Posté par stetienne à 13:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
19 juin 2012

taxons l argent etranger servant a financer les mochequetés

projet,france,parti français,laicité,laic,mosquée,impots,sécurité social,hlm,imam,arbre de la laicité,amical laic,ps,hollande

Reste l'épineuse question du financement, compliqué par des rivalités au sein de la communauté musulmane.

"Avec la validation du permis de construire et la porte qui s'ouvre aujourd'hui, nous allons pouvoir rétablir la confiance auprès des donateurs: l'Algérie, le Maghreb en général, l'Arabie saoudite, le Koweït et d'autres encore pourraient nous rejoindre", a espéré l'imam Ghoul.

Seulement 200.000 euros de dons ont été, pour l'heure, collectés sur un budget de 22 millions d'euros, a-t-il précisé.

je propose de taxer a 40% cette argent pour financer le deficit de la securité social et la construction de logement social

Posté par stetienne à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 novembre 2011

A Puteaux, 49 % des élus UMP auraient un logement social

Jeudi, c'est un conseiller municipal MoDem de Puteaux (Hauts-de-Seine), Christophe Grébert, qui a épinglé le parc locatif social de sa ville. Et selon son enquête, 48,6 % des élus UMP de Puteaux occupent un logement social ! Soit 17 élus sur 35, presque un sur deux...

http://www.lepost.fr/article/2011/11/10 ... ocial.html

ah elle est belle la republique bananiere du nabot

Posté par stetienne à 14:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
27 septembre 2011

mes propositions pour le logements

je profite de cette article avec lequel d'ailleur je ne suis pas d'accord sur tout pour donner mes grandes propositions concernant le logement.

 

Acteurs du logement, par notre mobilisation professionnelle ou notre engagement associatif, nous mesurons tous les jours la crise du logement que traverse la France. Face à la cherté et à la pénurie de logements, nous sommes convaincus qu'un changement radical de cap est nécessaire. Le logement doit être une priorité absolue des politiques publiques. Assurer à chacun un logement décent, à un coût abordable, réussir la mixité sociale dans nos villes et le renouvellement urbain, engager la mutation écologique de l’habitat, soutenir le pouvoir d’achat en stoppant la dérive des prix, des loyers et des charges, relancer le parcours résidentiel des couches populaires sont autant d’exigences que nous portons collectivement. Ces exigences, il est possible d'y répondre. Avec de l'imagination, de l'audace et de la volonté, Martine Aubry a fait la preuve de ces qualités dans son parcours gouvernemental, dans son action locale et dans ses propositions actuelles. Son action ministérielle a montré sa détermination à lutter contre l’exclusion, en particulier dans le domaine du logement et à conforter la vie associative. Elue locale, elle a en permanence soutenu le logement sociale et la qualité de vie de ses habitants, favoriser la construction de logements, jouant la carte de l’équilibre entre les différentes formes d’habitat et promu le développement durable et une vision harmonieuse de l’équilibre urbain. A la tête du Parti socialiste, elle s’est mobilisée avec conviction pour que le logement soit un engagement majeur du projet et des propositions socialistes, soutenant aussi les initiatives novatrices des maires de gauche. Nous savons que nous pourrons compter sur son expérience, ses compétences, sa bonne connaissance du sujet et sa détermination sans faille pour que notre pays relève enfin le défi du droit au logement pour tous. Martine Aubry propose des mesures concrètes et immédiates qui permettront de produire des logements accessibles en masse et de lutter contre la hausse des prix. Tout d’abord, redéployer les produits de défiscalisation vers l’aide à la pierre pour le logement social avec pour objectif d’en construire 150 000 chaque année aux normes BBC.

En même temps, renforcer la loi SRU et instaurer une règle qui favorisera la mixité sociale avec dans toute parcelle, comme à Lille, ⅓ de logements sociaux, ⅓ d’accession sociale à la propriété et ⅓ de logements libres.

Ensuite, faire voter une loi foncière pour à la fois éviter la spéculation sur les terrains et lutter contre la rente foncière.

Enfin, agir sur le marché en encadrant les loyers à la première location ou à la location en particulier dans les zones en tension.

Notre soutien à la candidature de Martine Aubry est un engagement à accompagner avec constance et vigilance, dans la durée, l’action des forces de gauche et écologistes pour développer sans relâche ces mesures soutenant le logement vraiment social et régulant le secteur immobilier et l’action foncière, pour mettre en place une nouvelle politique de l’hébergement d’urgence , pour engager un grand programme de rénovation énergétique des bâtiments et de résorption de l’habitat insalubre, pour donner un nouvel élan au renouvellement urbain en relançant une politique de la ville digne de ce nom, pour associer les habitants, les partenaires sociaux, les élus, les services de l’Etat afin de réduire effectivement le mal logement. Cette nouvelle politique du logement peut contribuer à relancer la croissance, en soutenant le pouvoir d’achat des français et en créant des emplois et redonner confiance à nos concitoyens en l’avenir et dans les valeurs de la République.

Alain CACHEUX (président d’une fédération d’organismes HLM) Pierre COHEN (député maire de Toulouse) Paul DUPREZ (président d’une structure d’insertion par le logement) Jean-Louis DUMONT (président d’une fédération d’associations HLM) Aminata KONE (présidente d’une association nationale de locataires) Marie-Noëlle LIENEMANN (ancien ministre, présidente d’une fédération d’organismes HLM) Marianne LOUIS (secrétaire nationale du PS chargée de la Ville) Jacqueline MAQUET (députée, administratrice HLM) Jacques OUDOT (responsable d’une association humanitaire pour le droit au logement, président d’une ESH) Nathalie PERRIN-GILBERT (secrétaire nationale du PS chargée du logement) Stéphane PEU (président d’un organisme HLM) Marc PREVOST (président d'une association pour l'hébergement et l'insertion par le logement des personnes sans abri.) Marcel ROGEMONT (député) Stéphane TROUSSEL (président d’un organisme HLM)

Posté par stetienne à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,