c est vrai on a pas entendu l autre trou de balls valls la

mais messieur les collabos a racailles ne vous faites aucune illusion vous allez le payer cherement un jour

« On rentrait chez nous après une soirée et on a raccompagné une amie, parce qu’on savait qu’il y avait des individus de ce genre dans le quartier… On est passé devant eux, je me suis fait insulter« , a expliqué la victime lors de l’audience.

Quand les jeunes passent devant la bande des 4 garçons en question, ils se font insulter sans raison : « pute, sale Française ».

« C’est bon les gars, pas la peine de nous insulter », rétorque le jeune homme pour calmer la situation. Mais au contraire, cette réponse ne plait pas aux racailles qui s’énervent d’autant plus. « Qu’est-ce que t’as à me parler sale bâtard », rétorque un des agresseurs avant de se ruer vers eux avec ses trois copains (quel courage !).

La victime parvient à ouvrir la porte de l’immeuble et sa copine y rentre. Mais quand elle sort quelque minutes plus tard, son petit ami a pris plusieurs coups de couteau, il gît au sol.

On imagine évidement l’ampleur médiatique de la même histoire qui aurait eu lieu avec des « fachos » qui auraient traité une fille de « pute, sale algérienne », avant de mettre des coups de couteau à son copain. L’affaire aurait fait le tour des médias, les journalistes se seraient indignés de la droitisation de la France, ils auraient fait le parallèle avec les heures les plus sombres de notre histoire, ils auraient dénoncé vigoureusement la montée de l’extrême droite et du racisme en France…. Mais quand ce sont des Français qui sont victimes d’attaques xénophobes (dans leur propre pays, quelle ironie, il n’y a qu’en France que ce genre d’histoire peut arriver), on trouve à peine un petit article dans le Midi Libre ? Et pourtant, c’est bien plus fréquent.

Quand on voit que l’élection du président de la république française est célébrée avec des drapeaux étrangers, on comprend qu’il ne fait pas bon être Français de nos jours en France.

On attend les réactions du Mrap, de SOS Racisme, du Parti socialiste, de Najat Belkacem et de François Hollande…