09 octobre 2012

suppression de l'ena

dans mon plan d'action la supression de l ena ( je rappelle qu une enarque sert a rien du tout et coute le plus cher aux contribuable francais ( un enarque revient 3 fois plus cher qu un polytechnicien aux contribuables!!!!!!!!!!!!!) sera faite la 1ere année de mon mandat

c est une de mes priorités

ENA-ANE

------------------------------------------------------------------
Les chroniques racontent qu'en 1994 eut lieu un concours d'aviron entre les rameurs de l'ENA et ceux d'une modeste université de province.

Les rameurs de l'université brillèrent dès le départ et arrivèrent avec une heure d'avance sur l'équipe énarque...
    De retour dans les locaux de l'ENA, le Comité de Consultation (C.C.) se réunit pour analyser les raisons d'un résultat imprévu et déconcertant de surcroît. Ses conclusions furent les suivantes :
1:) L'équipe universitaire était formée d'un Chef d'équipe et de 10 rameurs...
2:) L'équipe de l'ENA était, elle, constituée d'1 rameur et de 10 Chefs d'équipe.
    Ces conclusions furent portées devant la Sphère de Planification Stratégique (S.P.S.) en vue d'une décision pour l'année suivante avec pour cortège une réforme dont les répercussions se feraient sentir à tous les niveaux de la délégation (ça va péter quoi !)
    En 1995, dès le départ du concours, l'équipe universitaire prenait à nouveau une fulgurante avance et, cette fois-là, l'équipe énarque arrivait avec 2 heures de retard sur sa compétitrice.
    La nouvelle analyse du Comité de Consultation (CC) fit par des constatations suivantes :
1:) Dans l'équipe universitaire, il y avait 1 chef d'équipe et 10 rameurs.
2:) Conformément aux reformes décidées par le Comité de Consultation (CC) et approuvées par la Sphère de Planification Stratégique (SPS) l'equipe de l'ENA comprenait : - 1 Chef d'équipe - 2 Assistants de Chef d'équipe - 7 Chefs de section - 1 Rameur
    La conclusion du Comité de Consultation fut rapide et lapidaire : " Ce rameur est un bon à rien ! Nardine Noumock"
    En 1996 se présentait une nouvelle opportunité pour l'équipe énarque. En effet, le Département du Haut Management de l'ENA, en collaboration avec le Département de Recherche sur les Ressources Humaines de cette vénérable école, avait mis au point une stratégie novatrice devant améliorer, sans aucun doute possible, le rendement et la productivité grâce à l'introduction de substantielles modifications de structures.
    C'était la clé de voûte du succès, l'aboutissement d'une méthodologie propre à faire pâlir d'envie même les meilleurs managers au monde... Bref, ça va le faire... Le résultat fut catastrophique, l'équipe universitaire ayant pris cette fois la 3 heures d'avance sur l'équipe ENA.
    Les conclusions du Comité de Consultation (CC) ne se firent pas attendre :
1:) Dans un but évident de déstabilisation spéculative, l'équipe universitaire avait opté pour une formation traditionnelle, a savoir : 1 Chef d'équipe et 10 rameurs.
2:) L'équipe énarque avait introduit une formation avant-gardiste: - 1 Chef d'équipe - 2 Consultants Qualité - 1 Auditeur en Empowerment - 1 Superviseur de Downsizing - 1 Analyste de Procédures - 1 Technologue - 1 Contrôleur - 1 Chef de Section - 1 Technicien Chronomètre - 1 Rameur.
    Après plusieurs jours d'épuisantes réunions et autant de séances de brainstorming, le Comité de Consultation (CC) décida de punir le rameur en lui supprimant ses bourses d'études et en le radiant de l'école dont la Grandeur et la Réputation risquaient de se voir ternies par une telle incompétence.
Lors de la réunion de clôture, le Comité de Consultation (CC) appuyé par le Corps Enseignant, statua ainsi :
    "Pour le prochain challenge, nous engagerons un nouveau rameur, mais par le biais d'un contrat d'Outsourcing afin d'éviter toute friction syndicale et d'esquiver tout contrat de travail et les charges sociales en découlant, éléments qui, sans aucun doute, vont jusqu'à dégrader l'efficacité et la productivité de nos ressources."
    Il manque une suite à l'histoire : après l'échec du nouveau recrutement du rameur sous contrat d'Outsourcing, l'équipe ENA décida de lancer un nouveau modèle de rame en matériaux composites développés par le Plan National de Développement des Matériaux Composites (PNDMC).
Ce nouveau modèle testé en laboratoires avait pour seul et minime inconvénient de ne pas être compatible avec le bateau, mais bon, c'est un détail qui sera bientôt réglé.

Posté par stetienne à 09:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 septembre 2012

helas tellement vrai

va y en avoir du collabo a tondre bientot comme apres guerre

humour politiquement correct bobo ps sos arabe juge0d

Posté par stetienne à 16:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

les magouilles du ps

Souvenez vous il y a 3 ans, Jean Sarkozy avait été pressenti pour prendre la direction de l'EPAD... Levée de boucliers de toute la gauche qui a conduit Jean Sarkozy a renoncer à ce poste.

Et bien aujourd'hui, Amin Khiari, 35 ans, fils de la vice-présidente socialiste du Sénat, est pressenti pour prendre la direction de l'EPAD......

:mdr: :mdr: :mdr:

Comme Amin Khiari l'écrit lui même sur son profil Linkedin, il a été directeur général du Pôle Universitaire Léonard de Vinci entre 2005 et 2010. Soit la période visée par ce rapport choc de la Cour régionale des comptes d'Île de France sur la gestion du pôle universitaire Léonard de Vinci.

En réalité, contrairement à ce qu'il écrit sur son profil LinkedIn, Amin Khiari n'aurait en fait pas été directeur du pôle de 2005 à 2010, mais uniquement de 2008 à 2010, et a probablement exercé d'autres responsabilités dans l'établissement avant 2008. Un probable embellissement de CV qui l'exonère d'une partie des faits cités dans le rapport de la Cour. Il a toutefois bien été licencié, selon différentes sources, pour "carences dans sa gestion", à la suite de ce même rapport et d'un autre du département des Hauts de Seine.

Posté par stetienne à 16:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

les magouilles du ps

et oui le ps=meme merde que l ump

Julien Dray finance ses amis avec l’argent public

Julien Dray a aidé son ami Georges-Marc Benamou a bénéficier d’un soutien financier de 400 000 euros du Fonds de soutien aux industries audiovisuelles d’Ile-de-France.

Julien Dray finance ses amis à l' argent public. En effet, Julien Dray a sollicité des financements auprès du Fonds de soutien aux industries audiovisuelles d’Ile-de-France pour un projet de son ami Georges-Marc Benamou. L’ ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à l’ Elysée Georges-Marc Benamou est un ami de Julien Dray depuis qu’ils se sont rencontrés à SOS Racisme.

Georges-Marc Benamou travaille actuellement sur une adaptation télévisuelle des mémoires de Daniel Cordier, ancien secrétaire de Jean Moulin, et est donc à la recherche des financements. France 3 a déjà participé à son projet à hauteur de 4,4 millions d’euros, et Arte à hauteur de 400 000 euros. Mais ce n’est pas suffisant.

Georges-Marc Benamou pouvait donc compter sur son ami de longue date Julien Dray pour solliciter des financements auprès du Fonds de soutien aux industries audiovisuelles d’Ile-de-France.

http://www.observatoiredessubventions.c ... nt-public/

Posté par stetienne à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 septembre 2012

les delinquants du ps

pour moi un homme politique surtout quand il occupe des fonctions importantes doit avoir une qualité primordiale:

l'integrité et comme on le voit malheureusement à l umps ce n est pas le cas donc il n y a rien a esperer ni attendre de ces gens la

psharlem desire delinquant_n

Posté par stetienne à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 août 2012

le socialisme dans toute sa splendeur

ps,sénat,cumul mandat,maire,député,hollande,ps,gauche,indemnités sénateur,projet pour la france,parti francais,partie pour le referendum,impot,contribuable,rebsamen,dijon,menteur,filou,
faite ce que je dis pas ce que je fais
Le socialiste Rebsamen souhaite que les sénateurs continuent à cumuler leurs mandats :


Citer:
Le socialiste Rebsamen souhaite que les sénateurs continuent à cumuler leurs mandats :

Emblématique de la volonté de rénovation sous l'ère Aubry, le non-cumul des mandats suscite de fortes réticences chez certains socialistes, au point que François Rebsamen, proche de François Hollande, a clairement dit son souhait que les sénateurs puissent y échapper.

"Je plaide pour qu'il y ait une situation particulière faite pour le Sénat", a affirmé mardi sur RMC le sénateur-maire de Dijon, interrogé sur le 48ème des 60 engagements du candidat François Hollande, qui veut interdire à un parlementaire d'avoir en même temps un mandat exécutif local (président ou vice-président de conseil général, de région, maire, maire-adjoint...).

Arguant que les sénateurs ne sont "pas élus par l'ensemble des Français comme les députés", il a réclamé que "les sénateurs, qui représentent les collectivités locales, puissent garder leur mandat local".

Et pour son cas personnel, il a assuré: le non-cumul, ce n'est "pas pour moi". "J'ai pris un engagement devant les électeurs, j'ai été élu pour six ans, jusqu'en 2014 je serai sénateur et maire".

Celui qui fut numéro 2 du PS derrière François Hollande plaide, parallèlement, "pour qu'il y ait un statut de l'élu local". Car "un élu local, aujourd'hui n'a pas la sécurité sociale". Selon lui, il faut donc "reconnaître le statut de l'élu local, si on veut limiter le cumul des mandats".

Des propos qui interviennent après un rappel à l'ordre, vendredi à La Rochelle, de Martine Aubry, qui a fait du non-cumul des mandats un des éléments forts de la rénovation du parti.

"Quand nous avons préparé les listes des sénatoriales et des législatives (...), nous avons demandé à tous ceux qui étaient candidats et avaient un (mandat, ndlr) exécutif et ne l'abandonnaient pas, de nous écrire une lettre selon laquelle ils démissionneraient de leur (mandat) exécutif avant la fin septembre".

"Il reste un mois", a-t-elle lancé, ironisant: "Est ce qu'il y encore des socialistes qui signent des engagements et qui ne les respectent pas ? Non !".

Hollande très ferme

Les instances dirigeantes du PS devait réaffirmer, dans une lettre examinée mardi soir en Bureau national, cette règle, votée par les militants socialistes en 2010, obligeant tout parlementaire à quitter tout mandat d'exécutif local dans les trois mois suivant son élection.

En 2010, face à la grogne des sénateurs alors fortement soutenue par François Hollande, Mme Aubry avait fait une concession, accordant aux membres de la Chambre haute un sursis jusqu'à l'automne 2012.

Le Premier ministre, lors de son discours de politique générale le 3 juillet, avait affirmé que la fin du non-cumul s'appliquerait "à partir de 2014". "On le fera", assure-t-il fermement, en privé.

Et il faudra, au moment de la préparation du projet de loi, "penser au statut des élus locaux qui conduisent souvent des tâches difficiles et exigeantes", a-t-il assuré samedi à La Rochelle devant les jeunes socialistes.

Ce projet, qui doit donc aller plus loin que la législation actuelle en vigueur datant de 2000 et 2003, verra le jour après la remise fin octobre des travaux de la Commission sur la rénovation de la vie publique que le chef de l'Etat a confiée cet été à l'ancien Premier ministre Lionel Jospin.

En juin, le ministre des Relations avec le Parlement Alain Vidalies avait repris à son compte l'idée d'un "curseur" qui chemine au sein de certains élus socialistes, pour exempter les maires des petites communes de la règle du non-cumul: "Est-ce que cela sera 20.000 habitants, ou 3.500, cela fera partie du débat".


on devrait leur rappeler a chaque election ce qui s'est passé en 1793

Posté par stetienne à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 juillet 2012

jospin le retour au secours

pourtant cet incompetent a une bonne retraite faut croire qu il veut agrandir sa maison sur l ile de Ré et qu il a besoin de plus de pognon!!!!

tiens je croyais qu apres son claquos le jospin ne voulait plus faire de politique et paf il revient le plus drole c'est qu il se croit indispensable alors que les cimetieres sont remplis de gugussons comme lui

idem la grosse bachelot

putain je te mettrais un coup de pompe definitive a tous ces branlos aussi inutile que couteux aux contribuables et aux francais

on est pas dans la merde avec ces bouffons

Posté par stetienne à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
15 juillet 2012

une republique irreprochable qu ils disent tous

Soupçonné de corruption, le sénateur PS Kaltenbach en difficulté

en ce qui me concerne je ne me deplace plus dans les urnes quand il n y a que l umps je me suis fait baiser une fois en votant ps dans ma ville resultat des courses  c est pire encore moins d'ecoute et qu une seul envie me barrer au plus vite

bref autant etre abstentioniste au moins aucun regret

Posté par stetienne à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 juin 2012

frais d'investisture de françois moi je

hollande,impots,dépense publique,court des comptes,socialistes,parti socialiste,élysée,president de la république,

> > > Frais d’investiture de François II
>
> > >
> > > Monsieur Sarkozy a supprimé les fonds secrets et rendu publiques les dépenses de l’Elysée. > > > On peut donc savoir ! Dommage pour François II
>
> Coût de la journée d’investiture de François II à l’Elysée le 15 mai.
> Voici les Chiffres :
> - Réception Élysée + Réception Hôtel de Ville de Paris :
> -17 000 bouteilles de Champagne ont été bues soit un total de 612 000 €
> (1 bouteille de champagne = 8 coupes)
> - Petits Fours, Amuses Gueules : 423 657 €
> - Jus de fruits, Soda : 147 231 €
> - Repas des Anciens Ministres Socialistes : 97 215 €
> - Grands Crus : 82 012 €
> - Bière, Whisky et alcool divers : 347 523 €
> - Services, Extras : 94 212 €
> - Décors et Aménagements : 510 031 €
> - Défraiement des personnalités, Transports : 1 245 234 €
> - Total (hors primes sécurité estimé à 943 000 €) :
> 3. 559 115 € sous réserves et omissions
> A savoir que l'investiture de Monsieur Nicolas Sarkozy avait coûté
> 1. 123 298 € soit 3fois moins!!!.

Posté par stetienne à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,