26 mars 2014

l adieu aux paysans

comment la france est passé de la paysannerie de la campagne a  l agriculture productiviste destructrice de l environnement et de la biodiversit é et de la campagne

l adieux aux paysans

http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/20140326.OBS1301/la-loi-sur-la-biodiversite-adoptee-par-le-gouvernement.html

assez spectique quand a cette loi qui a mon avis ne touchera pas a l agriculture productiviste exportatrice destructrice de la biodiversité  mais je crains fort qu ils vont barrigader le peut d'endroit encore pas detruit par l agriculture productiviste et on aura meme plus le droit d'y peter

bref riende bon en perspective malheureusement

Posté par stetienne à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 octobre 2013

sont fous ces chinois

c est pourtant pas les exemples qui manquent d'echec des aménagements contre la nature qui ont conduit a des catastrophes écologiques de grande envergures.

la mer d'arral par le régime sovietique.

le remembrement et la destruction des bocages en bretagne par les crétins  d'enarques.

le dust bowl et les grands travaux de roosevelt aux usa.

Chine: colossal et risqué, un gigantesque projet hydraulique pour étancher la soif du Nord

Posté par stetienne à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 mai 2013

non a l agriculture productiviste exportatrice

n oublions pas que cela ce faitt sur le dos de la biodiversité et de notre qualité de vie ( car la ou il y a l agriculture productiviste la campagne et la nature ont disparu) pour enrichir uniquement quelques uns et pas l ensemble des francais.

Ces traders qui vendent à l'étranger le blé français:

les plus gros producteurs de céréales en France sont: SM la reine d'angleterre, et le prince de Monacoqui raflent à eux deux le max de subventions !!!

Le maïs assèche la France entre autres....

Super ca rapporte 7,3 Mds mais pour combien de subventions européennes soit disant pour garantir notre indépendance alimentaire !!!!!!

Posté par stetienne à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 mai 2013

Journée de la diversité biologique

Posté par stetienne à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 octobre 2012

une bonne nouvelle pour la biodiversité

Haies, bosquets, mares… Ces espaces où la biodiversité peut se développer entre deux rangées de blé ou de maïs devront passer de 3% des surfaces agricoles à 4% dès 2013. Le gouvernement a décidé de revoir à la hausse la surface accordée à ces «surfaces à intérêt écologique», satisfaisant ainsi les écologistes, mais provoquant la colère de certains agriculteurs.

Posté par stetienne à 19:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 septembre 2012

entretien des chemins en terre

en construction

je me ballade en moto tout terrain sur les chemins a la campagne et je constate que  malheureusement ils sont de plus en plus deterioré ( pluie orage mauvais entretien)

je vais creer un ministere des chemin en terre la france devra etre le pays ou il y a le plus de chemin en terre en europe

ce ministere chapotera dde regionale de creation et entretien des chemins pour eviter toute uniformassiation je laisserai un peu de concurence entre des dde pour la creation paysagere et methode d'entretien.le ministere veiellera au respect de la biodiversite lors de l entretien et creation et de la protection du paysage.

les moto et engin tout terrain ( qui je le rappel vont vivre le tourisme dans campagne) auront le droit de circuler en payant une vignette dont le montant sera affecter a l entretien et la creation de chemin en terre ( pour les etranger vignete provisoire sur 1 moi 2 mois)

les detenus et delinquants ne presentant pas de risque pour citoyen et de risque d'evasion pourrons etre affecter a l'entretien de ces chemins

Posté par stetienne à 13:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
01 juin 2012

Avenir du transport aérien : les spécialistes entre euphorie et inquiétude

Le transport aérien se développera-t-il impétueusement d'ici à 2050 suivant la plupart des projections de trafic, ou les avions seront-ils cloués au sol par une énergie trop chère et trop rare? Spécialistes français et européens s'interrogent.

L'Académie de l'air et de l'espace (AAE) française a réuni mercredi et jeudi à Toulouse 200 techniciens réputés sur le thème "Comment volerons-nous en 2050?", avec pour objectif de sortir début 2013 un rapport sur les perspectives techniques, économiques et commerciales du secteur, dans un environnement géopolitique sûrement bouleversé.

Alain Garcia, ancien directeur général technique d'Airbus et vice-président de l'AAE, trace les contours d'une version rose de l'histoire: "Il va y avoir un triplement de la demande de transport par avion. Mais grâce à l'amélioration de l'efficacité des avions (taille, rayon d'action), cela se traduira simplement par un doublement du trafic, et par une demande de carburant en hausse de seulement 60 à 80% par rapport à aujourd'hui grâce aux progrès faits sur les moteurs et l'aérodynamique".

Les défis sont pourtant majeurs pour trouver ce carburant car les études produites au colloque ont montré que la réserve de pétrole disponible baissera à partir de 2030-2035, et tous sont tombés d'accord pour dire qu'il n'y aura "pas de révolution technologique d'ici à 2050".

"Le moteur à hydrogène, ou nucléaire, est un rêve à la Hergé, la propulsion électrique peut être envisagée pour les tout petits avions. Mais sur les avions de transport, les moteurs électriques serviront essentiellement aux autres usages" (éclairage, climatisation, loisirs), prédit Denis Maugars, président de l'organisme public de recherche aéronautique ONERA.

"Pour longtemps encore on ne pourra faire décoller un avion qu'avec du kérosène, mais pas forcément à base de pétrole fossile", ajoute-t-il.

Eviter une crise majuscule

Pour éviter une "crise majuscule" à l'horizon 2035, résume Alain Garcia, "il faudra être prêt dès 2020 à lancer la production industrielle de biocarburants, à la fois performants en termes d'émissions de CO2 et respectant les surfaces agricoles destinées à l'alimentation".

"On a connu des échecs ces dix dernières années dans ce domaine, mais il va falloir choisir. On a huit ans pour se décider", prévient-il.

Scientifiques, constructeurs et motoristes ont mis l'accent au colloque sur l'urgence à développer les moteurs et les architectures des avions futurs dans un secteur où les produits ont une durée de vie de 30 à 40 ans.

"80% des Airbus A380 voleront encore en 2050", fait observer M. Maugars, et les A320 Néo et Boeing 737 Max seront encore là. La majorité des avions ressembleront encore beaucoup à ceux d'aujourd'hui, mais il faut vite préparer la relève, selon les participants.

La solution la plus prometteuse pour 2025 est celle des moteurs open rotors, associant un réacteur à une très grande hélice rapide à l'arrière des avions et permettant une économie de 40%, selon M. Maugars.

Une étude menée par l'ONERA avec ses homologues européens de l'EREA estime par ailleurs que l'architecture la plus envisageable pour les avions du futur sacrifierait le fuselage pour accueillir les passagers au sein d'une aile volante gigantesque.

Les participants au colloque ont souligné qu'il faudrait en outre faire feu de tout bois pour améliorer la gestion du trafic aérien, notamment par guidage satellitaire, et pour limiter la congestion aéroportuaire afin d'éviter l'embolie du système.


bon j aime pas du tout ce en respectant les surfaces agrocoles alimentaire et les autres?????????? quand on voit comme l agriculture productiviste exportatrice detruit la biodiversité ( chez moi les pres fauches 3 fois par ans il n y a plus fleur ( ils arrachent bulbe avec leur engin mecanique)plus d'insecte c est des pres tout vert ( vue la dose d'engrais qu il repande) sans vie  la ca fait vraiement peur les biocarburants qui sont tous sauf bio 

Posté par stetienne à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 mars 2012

l horreur de l agriculture productiviste

moi j ai la chance d'habiter le massif central qui est moins touché par cette horreur que certaine region de france mais quand je prends le train pour paris et qu on arrive vers paris et qu on voit tous ces horribles surfaces agricoles  toute plates a paerte de vue sans arbres sans nature sans vie sans fleurs  sa fout le morale a zéro ( et apres on doit se farcir les horribles banlieue betonneuses couvertes de graffitis)

il faut donc: mettre des droits de douane et taxe preservation d ela biodiversité  pour les produits agricoles produits dans les pays a agricultures productivistes (usa,argentine,australie,.............) et protege en france une agriculture raisonnée qui preservent la biodiversité pour cela il faut reformé le plus vite possible la pac qui ne profite qu aux gros agricultueres mega productiviste et mega polleur

 Agriculture : une inexorable tendance à la concentration - TERRAINS DE CAMPAGNE

 

Un agriculteur moissonne son champ de blé dans le nord de la France

Années après années, exploitations agricoles et agriculteurs sont de moins en moins nombreux en raison d'une tendance à la concentration jugée coûteuse et irrationnelle par les syndicats d'agriculteurs minoritaires et certains experts.

Selon le dernier recensement agricole (2010), le nombre d'exploitations agricoles a chuté de 26% en 10 ans et l'emploi agricole a baissé de presque autant, pour ne représenter plus que 750.000 emplois à temps plein aujourd'hui.

La superficie moyenne des exploitations françaises a augmenté de 31%, à 55 hectares. Les petites et moyennes exploitations ont diminué fortement, les grandes exploitations se maintiennent, et les très grandes progressent. La surface agricole utile a reculé de 3%.

Et cette évolution n'est pas prête de ralentir. Une étude prospective publiée fin 2011 par l'Institut de l'élevage sur les vaches allaitantes (production de viande) décrivait ainsi un scénario "déjà en marche" de "concentration accélérée", où les repreneurs jugés crédibles par les banques ne sont pas les jeunes agriculteurs, mais les grosses exploitations déjà en place.

Une évolution "à la danoise", pays où "la taille des exploitations laitières a été doublé en 7 ans" de 2000 à 2007, au prix aujourd'hui de "grosses difficultés après l'éclatement d'une bulle foncière et financière", selon l'Institut.

Les syndicats d'agriculteurs minoritaires comme la Coordination rurale ou la Confédération paysanne dénoncent cette évolution vers des fermes toujours grosses et plus capitalistiques, accusant la FNSEA, le syndicat majoritaire, au mieux de laisser faire, au pire de pousser les feux, au nom de la "compétitivité".

"Nous avons connu la mécanisation heureuse"

De fait, en privé, les responsables de la FNSEA comme les dirigeants des puissantes coopératives agricoles reconnaissent qu'il est inéluctable que certains agriculteurs quittent leur activité, pas assez compétitifs pour faire face aux marchés mondiaux.

"Nous avons connu la mécanisation heureuse" après la guerre, qui voyait les fermes s'agrandir et les paysans s'élever socialement, explique François Lucas, le porte-parole de la Coordination rurale. "Mais aujourd'hui, c'est un train fou qui n'a plus de conducteur".

Les exploitations deviennent trop chères pour être reprises par des jeunes ou des individus, et ce sont de plus en plus des sociétés "sans visage" qui tendent à les reprendre, dénonce-t-il.

Pour Gilles Bazin, professeur au département d'économie d'AgroParistech, l'argument de la compétitivité sur les marchés mondiaux est un leurre, compte-tenu de l'importance des subventions publiques à l'agriculture, y compris pour les très grosses exploitations.

En fait, "on construit" avec la concentration "un système très intensif, très fragile, et très aidé", où "ce sont les plus grosses exploitations qui captent le plus d'aides", souligne-t-il.

Selon lui, les aides publiques ont constitué en 2010 69% du revenu (courant avant impôt) des exploitations agricoles françaises. Le ratio est de 54% pour les exploitations de grandes cultures, 79% pour les exploitations laitières, 207% pour les exploitations de viande bovine...

Pour une agriculture plus équilibrée territorialement, et moins destructrice d'emploi, "il faut une répartition plus équilibrée des aides, pour qu'elles aillent plus vers des exploitations moyennes cherchant à développer les circuits courts de distribution, le bio, encourageant la pluri-activité...", estime-t-il.

Posté par stetienne à 09:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
30 janvier 2012

la france sauvage

La France sauvage

Pour les animaux et les plantes, la France est une terre d'exception. Un pays unique qui accueille une étonnante variété d'espèces, du bord de mer jusqu'en haute montagne. On y trouve l'un des derniers fleuves sauvages de l'Europe, la Loire, des marais peuplés d'oiseaux au centre de la France, des steppes africaines au coeur du maquis provençal, des neiges scandinaves au sommet des Alpes, ou encore des mers tropicales turquoises autour de la Corse...
Tous ces milieux naturels abritent des plantes et des animaux méconnus ou familiers : oiseaux multicolores, mammifères de tout poil, orchidées sauvages, requins géants, lynx boréal, ou encore insectes minuscules...
Durant une année, au rythme des quatre saisons, nous suivons l'aventure sauvage de ces espèces et découvrons leur comportement dicté par la grande horloge de la nature. Nous voyageons de l'aérien au sous-marin, du minuscule au gigantesque, de l'émotion des naissances au frisson de la prédation pour découvrir un autre visage de la France. Le film est une invitation à l'émerveillement afin de comprendre que la nature est précieuse, forte, fragile. Et que nous en faisons partie.

Posté par stetienne à 19:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
16 janvier 2012

les 3 c

projet pour la france,pac,europe,fnsea,beauce,agriculteur,productiviste,pesticide,biodiversité,céreal,maïs,tracteur,moissoneuse batteuse,gros paysans,

les 3 C :Céréalier, cannes, courchevel.

 

Posté par stetienne à 12:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,