23 mars 2015

triste bilan des annees sarko

2007 – 2012 : Le Bilan des Années SARKOZY

le sarkozysme c’est aussi :

l’affaire Karachi
l’affaire Takiedine
l’affaire GDF
l’affaire Tapie
l’affaire Clearstream
l’affaire Bettencourt***
les affaires Wildenstein
l’affaire César
l’affaire Pleyel
l’affaire de l’hippodrome de Compiègne
l’affaire Abdallah Senoussi
l’affaire Djourhi
l’affaire du financement de la campagne de 2007 par Omar BONGO
l’affaire du Fetia Api
Les inombrables dérapages de Mr Sarkozy dans ses discours comme à Metz, Nice, Caen etc…
l’invitation des dictateurs pour le 14 juillet, celle de Kadhafi, puis son assasinat, celle de Bachir El Assad en décembre 2010, puis sa diabolisation un an plus tard.
les silences sur le Tibet, le Darfour, le Prix Nobel de la Paix, les JO de Pékin.
Les voyages officiels des fils de Sarkozy à l’étranger à la charge de l’Etat
la gestion catastrophique de la crise Georgienne, celle encore plus catastrophique de la crise financière, l’application de la politique européenne.
l’affaire Pérol
l’affaire Yannick Blanc
la gestion de la crise du H1N1 (Merci Roselyne)
l’utilisation des service du renseignement pour les affaires privées
les légions d’honneurs décernés aux amis du SARKOppresseur
l’Air Sarko One (250 millions d’euros) et autres frasques digne du roi soleil
l’affaire des rémunérations illégales de Sarkozy entre septembre et décembre 2007
la circulaire Hortefeux
la nomination à la tête des médias d’amis du pouvoir
la réforme constitutionnelle
le cumul des mandats, la non séparation de l’exécutif et du législatif, le retour sans éléction des députés virés du pouvoir
les classement sans suite de nombreuses affaires par les parquets
le site France.fr qui ne sert à rien
la Scientologie
l’affaire Servier dont le président a été l’avocat
le scandale MAM
les vacances de Fillon payées par Moubarak
Et on ne parle pas non plus des nombreux conflits d’intérêts entre le Président Sarkozy et ses frères comme dans le cadre de la réforme des retraites qui bénéficie avant tout à Guillaume Sarkozy, PdG du groupe Malakof Mederic.

La liste n’est pas exhaustive car on pourrait aussi parlé des nominations de dignitaires de l’état en pour service rendu à sa majesté Nicolas, des failles de la justice de plus en plus sélective dans ses condamnations, des affaires de pédophilies qui n’aboutiront jamais etc….

sans oublier :

Traité européen:« on peut parler de haute trahison »
SOURCE



Voici la liste des augmentations d’impôts ou de taxe sous l’ère Sarkozy, un beau programme!

1 Taxe forfait social
1bis Taxe forfait social
1ter Taxe forfait social
2 Taxe niches fiscales
3 Taxe intérêts d’emprunt
3bis Taxe intérêts d’emprunt
4 Taxe plus-value mobilières
4bis Taxe sur les plus-values mobilières
4ter Taxe sur les plus-values mobilières
5 Taxe accident du travail
6 Taxe forfait hospitalier
7 Taxe assurance-vie
8 Taxe Indemnités de fin de carrière
9 Taxe mutuelle santé
9bis Taxe mutuelle santé
10 Taxe carbone
11 Taxe des sociétés de création de jeux vidéo
12 Taxe européenne sur la vente des droits d’émission de gaz à effet de serre
13 Taxe bonus
14 Taxe cotisation locale d’activité
15 Taxe cotisation complémentaire
16 Taxe des entreprises de réseau
17 Taxe européenne sur les banques
18 Taxe du rail
19 Taxe pour les poids lourds de plus de 12 tonnes
20 Taxe autoroute
21 Taxe radar
22 Taxe sur les jeux en ligne
23 Taxe universitaire
24 Taxe sur l’ISF
24bis Taxe sur l’ISF
25 Taxe sur les amendes
26 Taxe sur le kilowatt automobile
27 Taxe de la loi HPST (hôpital patient santé, territoire)
28 Taxe déremboursement de certains médicaments
29 Taxe cotisations retraite
30 Taxe sur les cigarettes
30bis Taxe sur les cigarettes
30ter Taxe sur les Cigarettes
31 Taxe Assurances (multirisques habitation, automobile)
32 Taxe Tobin, le retour
32bis Taxe Tobin, le retour se confirme
33 Taxe sur les enseignes publicitaires
34 Taxe sur les droits à la retraite des apprentis
35 Taxe sur les veuves et veufs ayant un enfant à charge
36 Taxe boîte aux lettres
37 Taxe sur les motos
38 Taxe dépendance
38bis Taxe dépendance
39 Taxe fin de l’exonération de TVA pour les terrains à bâtir
40 Taxe dividendes et produits de placement à revenu fixe.
41 Taxe mondiale sur les banques
42 Taxe sur le gaz
42bis Taxe usine à gaz
43 Taxe sur les vaches cradingues
44 Taxe transport de vin
45 Taxe sur les PV immobilières
46 Taxe incendie
47 Taxe ampoule
48 Taxe parent isolé
49 Taxe obligation d’affichage des consignes de sécurité en cas d’incendie
50 Taxe malus automobile
51 Taxe TVA réduite sur les climatiseurs supprimée
52 Taxe majoration de 25% du bénéfice en l’absence d’adhésion à une AGA
53 Taxe telecom
54 Taxe TVA sociale
55 Taxe sur les ramettes
56 Taxe générale sur les activités polluantes
57 Taxe cotisation patronale
58 Taxe de télé-déclaration d’impôts
59 Taxe ticket resto
60 Taxe des pôles de compétitivité
61 Taxe sur les banques
62 Taxe SPRE
63 Taxe radio : IFER
64 Taxe sur les feuilles de soins
65 Taxe sur les points du permis de conduire
66 Taxe timbre
67 Taxe ANC
68 Taxe Grand Paris
69 Taxe sur les terrains agricoles constructibles
70 Taxe retraites « chapeaux »
70bis Taxe retraite chapeau
71 Taxe sur les hauts revenus
71bis Taxe sur les hauts revenus
72 Taxe sur les services de restauration
73 Taxe fée électricité
74 Taxe péage urbain
75 Taxe fibre optique
76 Taxe SNCF
77 Taxe des sans-papiers
78 Taxe des lycées français
79 Taxe du refus scolaire
80 Taxe sur les livres scolaires
81 Taxe sur les otages
82 Taxe passeport biométrique
83 Taxe de balayage
84 Taxe sur les droits d’inscription
85 Taxe ticket RU
86 Taxe AAH
87 Taxe des aidants
88 Taxe aide à domicile
89 Taxe emploi aidé
90 Taxe TVA
91 Taxe LMA
92 Taxe Velib’
93 Taxe foncière pour les terrains à bâtir
94 Taxe « triple play »
95 Taxe photovoltaïque pour les pro
96 Taxe France Telecom
97 Taxe assurance auto
98 Taxe d’habitation
99 Taxe sur les chiens dangereux
100 Taxe à la sortie
101 Taxe taxi
102 Taxe sur les travaux de rénovation
103 Taxe photovoltaïque pour les particuliers
104 Taxe loi Scellier
105 Taxe sur l’intérim
106 Taxe pass-foncier
107 Taxe ambulance
108 Taxe ticket modérateur
109 – 112 Taxes outre mer (4 niches)
113-115 Taxes immobilier de loisir (3niches)
116 Taxe souscriptions au capital des sociétés non cotées
117 Taxe souscriptions de parts de FCPI
118 Taxe souscriptions de parts de FIP
119 Taxe investissements dans des résidences hôtelières à vocation sociale
120 Taxe SOFICA
121 Taxe investissements forestiers
122 Taxe travaux mobiliers classés
123 Taxe Malraux
124 Taxe Sofipêche
125 Taxe compte épargne codéveloppement
126 Taxe Loi Bouvard LMNP
127 Taxe protection du patrimoine naturel
128 Taxe prévention du risque technologique
129 Taxe assurance pour loyers impayés
130 Taxe jeunes mariés
131 Taxe actes hospitaliers
132 Taxe ALD 30
133 Taxe aide au logement
134 Taxe prestation d’accueil du jeune enfant
135 Taxe des sommes versées à des salariés par des tiers à l’employeur habituel
136 Taxe de la VAD
137 Taxe allocations familiales
138 Taxe suppression de la TVA à 5,5% dans la restauration
139 Taxe sur les successions
140 Taxe IFA
141 Taxe crédit-impôt-recherche
142. Le gouvernement donne son feu vert à une hausse de l’électricité en janvier 2011
143 Redevance Télé : les sénateurs veulent étendre son paiement à tous les récepteurs de contenus
144. Canal+ répercute la taxe Sarkozy pour le cinéma
145. Suppression du bonus GPL
146. Les bonus de pension des parents de 3 enfants seront imposés
147. Majorer les plus-values mobilières et immobilières
148. La taxe sur la publicité extérieure fait polémique
149. Augmenter les cotisations des fonctionnaires.
150. Taxe sur la publicité par Internet (taxe Google)
151. Hausse de 5% de la taxe su les pylônes électriques.
153. Plus value immobilière majorée.
154. Taxe sécurité aérienne majorée de 15%.
155. Taxe sur les moyens de reproduction audiovisuels.
156. La suppression de l’ISF augmentera le poids de l’impôt pour tous.
157. Donations. Le délai de 6 ans en franchise de droits est porté à 10 ans
158. Création d’un exit tax pour les ventes d’entreprises effectuées par des personnes désireuses d’aller à l’étranger.
159. Relèvement de 20 à 25% des droits de successions sur les assurances
160. Relèvement de 1,10% à 2,50% du prélèvement sur l’actif brut des divorcés
161. Hausse de la CSG de 1,2%. Après un + 0,3% en 2011, soit 1,5% en deux ans
162. Taxe sur les sodas. Après une hausse de 1 centimes la canette, on prévoit 3 centimes
163. Alcools nouvelle hausse des droits
164. Tabac. Hausse de 6% en 2011 et de % en 2012
165. Bonus-Malus éco automobile réduit
166. Taxe de 3% sur l’hôtellerie de luxe en lieu et place de l’impôt prévu sur les Parcs à thèmes. Dont la TVA passait de 5,5% à 19,6%. Projet remplacé par la TVA augmentée de 5,5 à 7%.
167. Impôt sur les sociétés. Le report des déficits antérieurs est limité dans le temps.
168. Impôt sur les sociétés. Suppression de l’abattement de 30% sur les entreprises opérant dans les DOM.
169. Heures supplémentaires. La déduction fiscale est gelée au-delà de 1,6 fois le SMIC.
170. Augmentation du taux minimum des amendes de 11 à 18 euros.
171. Résidences secondaires. Suppression de l’abattement fixe de 10%, l’abattement suit l’inflation réelle. Or l’abattement fixe avait pour conséquence de supprimer l’impôt au bout de dix ans.
172. Hausse du prélèvement sur forfait social (intéressement). Après une hausse de 4 à 6% en 2011. Hausse de 6 à 8% en 2012.
173. Assurances. Suppression de l’exonération de taxe sur les contrats.
174. Mutuelles. Création d’un prélèvement sur l’ensemble des contrats en cours de 3,5% après 3,5% l’année précédente.
175. Immobilier. Hausse de 5 à 10% de l’impôt sur les plus values à long terme.
176. Fiscalité. Hausse de l’impôt par une contribution exceptionnelle de 3% sur les revenus de 250 000 euros, de 4% à partir de 50 0000 euros par part.
177. Fiscalité. Hausse de 1% sur la tranche la plus élevée qui passe de 40 à 41%.
178. Sociétés. Suppression du bénéfice mondial consolidé.
179. Modification à la baisse du dispositif Scellier. Pour la deuxième fois, le dispositif est diminué car étant trop avantageux !! Il est supprimé au 1er janvier 2013.
180. Actions en justice. Création d’un droit de timbre de 35 euros pour pouvoir entamer une action en justice.
181. Frégates de Taïwan. Une nouvelle dépense doit être inscrite au budget pour 460 millions d’euros.
182. Suppression de l’Allocation Equivalent Retraite au 1er janvier 2011.
183. Un fioul plus taxé pour les agriculteurs et le BTP : gain 1 milliard par an
184. Taxe sur les transactions financières.
185. Taxation des services de messagerie financière.
186. Les Foncières (SIIC) plus imposées de 40%, sortent des PEA.
187. Suppression de l’abattement de 15% sur les plus-values lors des ventes de chevaux.
188. Surtaxation des loyers pour des revenus de logements de moins de 14m2
189. Hausse de la TVA de 5,5% à 7%.
190. Augmentation de l’impôt sur les sociétés de 33,3 à 38.3%. Sous condition de 250 000 euros de chiffre d’affaires.
191. Indemnisation des indemnités journalières de maladie taxation à 60% du salaire net ou augmentation du nombre de jours de carence
192. Indemnités de licenciement soumises à prélèvement à partir de 72774 euros contre 109 000 euros actuellement.
193. Le prélèvement forfaitaire sur les revenus mobiliers est relevé de 19 à 24%. Ce taux sera passé de 2007 à 2011 de 15 à 24% soit une progression de 60%.
194. Suppression de la non imposition sur les plus-values à long terme.
195. Création d’une journée supplémentaire de carence en matière de congés de maladie.
196. Tous les barèmes d’imposition sont gelés en 2012 et 2013.
197. L’inflation ne sera pas répercutée sur les allocations familiales en 2012 et 2013.
198. Hausse de la fiscalité locale de 22% en cinq ans, trois fois plus rapide que l’inflation constatée. Il s’agit de suppléer aux défaillances de l’Etat en matière sociale.
199. Nouvelle hausse du rabot sur les niches fiscales porté de 10 à 15%.
200. Plafonnement sur niches fiscales. Surtout ne pas confondre le plafonnement et le coup de rabot. Ce sont bien deux mesures distinctes.
201. Réduction de 20% du taux du crédit d’impôt en faveur du développement durable.
202. Augmentation des prix du gaz au 1er janvier 2012.
203. Blocage du taux d’intérêt des livrets A.
204. TVA Sociale. L’annonce d’une TVA Sociale toucherait les cotisations patronales, salariales, la CSG. Pour le moment nous ne savons rien sur le taux.
205. Taxe sur les transactions financières. Voir 184, mais application seulement en France.

La liste des impôts sous Hollande http://investisseurpro.com/impots-sous-hollande/


http://lesmoutonsenrages.fr/2014/10/06/ ... et-impots/

Posté par stetienne à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 mars 2015

Le président de Radio-France refait son bureau : 100.000 euros

marrant et c'est les memes fils de pute qui nous parlent de la crise

qu on privatise tous cela et bon debaras les parasites d ela tele et de la radio

http://www.valeursactuelles.com/societe/le-president-de-radio-france-refait-son-bureau-100-000-euros-51422

Posté par stetienne à 19:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
06 mars 2015

gonfles les trou à merde du gouvernement

les trous à merde du gouvernement n'arrette pas de nous rabacher qu il n y a plus d'argent qu il faut faire des economies et pourtants ils continues a embaucher des fonctionnaires territotriaux et augmenter leur salaire!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

la masse salariale des collectivités locales avait bondi de 4% l’an dernier après une progression de 3.1% en 2013

Posté par stetienne à 09:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 février 2015

Fraude fiscale : les personnalités épinglées dans l'affaire SwissLeaks

Le roi du Maroc, celui de Jordanie, Jacques Dessange, Christophe Dugarry ou encore Gad Elmaleh. Les personnalités soupçonnées d'avoir profité de la gigantesque fraude fiscale de HSBC sont issues d'univers très différents.

Le roi Abdallah II de Jordanie (à gauche) et le roi du Maroc Mohammed VI, en janvier 2008 à Marrakech (Archives). ( AFP / ABDELHAK SENNA, AFP )
Le roi Abdallah II de Jordanie (à gauche) et le roi du Maroc Mohammed VI, en janvier 2008 à Marrakech (Archives). ( AFP / ABDELHAK SENNA, AFP )

Baptisée "SwissLeaks", l'enquête, révélée par le journal "Le Monde", propose un voyage au coeur de l'évasion fiscale, mettant en lumière la face cachée du secret bancaire suisse et les ruses utilisées pour dissimuler de l'argent non déclaré.

Très précisément, entre le 9 novembre 2006 et le 31 mars 2007, quelques 180,6 milliards d'euros auraient transité sur ces comptes à Genève, cachés entre autres derrière des structures offshore au Panama et dans les îles vierges britanniques.

Les informations s'appuient sur des données soustraites à la filiale suisse de la banque, HSBC Private Bank, par un informaticien, Hervé Falciani, ex-employé de la banque à Genève. Pendant de nombreuses années, ces fraudes n'étaient connues que de la justice et de quelques administrations fiscales, même si certains éléments avaient filtré dans la presse.

Les données analysées font ressortir des profils très disparates, allant du chirurgien français venu placer ses honoraires non déclarés en Suisse aux têtes couronnées. Parmi les noms cités dans les différents médias figurent notamment le roi du Maroc Mohammed VI ou le roi de Jordanie Abdallah II. S'y ajoutent de nombreuses personnalités de la mode telles que le mannequin Elle McPherson ou la créatrice Diane von Fürstenberg, du spectacle à l'instar de l'actrice Joan Collins ou encore du sport comme le pilote moto GP Valentino Rossi, le pilote de F1 Fernando Alonso ou l'ex-tennisman, Marat Safin.

L'ex-banquier de HSBC Private Bank, Hervé Falciani, à l'origine de ces révélations. Ici en juillet 2013 à l'Assemblée. ( AFP / KENZO TRIBOUILLARD, AFP )
L'ex-banquier de HSBC Private Bank, Hervé Falciani, à l'origine de ces révélations. Ici en juillet 2013 à l'Assemblée. ( AFP / KENZO TRIBOUILLARD, AFP )

Le journal suisse "Le Temps", un des journaux partenaires pour ces révélations, met l'accent sur les personnalités politiquement exposées, évoquant entre autres Rami Makhlouf, cousin du président syrien Bachar al-Assad. Il cite également l'ancien ministre haïtien Frantz Merceron ou encore l'ancien ministre égyptien du Commerce et de l'Industrie Rachid Mohamed Rachid, qui avait été condamné à cinq ans de prison en juin 2011 pour abus de biens sociaux issus des fonds pour le développement du pays.

En France, "Le Monde" cite ainsi l'humoriste Gad Elmaleh, qui disposait, d'après le journal, d'un compte faiblement approvisionné à Genève, avec un peu plus de 80.000 euros entre 2006 et 2007. Selon les informations du journal, il aurait régularisé sa situation auprès du fisc français.

Le quotidien mentionne ensuite Jacques Dessange, fondateur d'un empire de la coiffure, qui possédait un compte dans la filiale suisse de HSBC sur lequel il aurait eu jusqu'à 1,6 million d'euros entre 2006 et 2007, selon les fichiers auxquels le journal a eu accès. Lui aussi fait partie des clients qui ont depuis régularisé leur situation et s'est acquitté d'une amende, précise "Le Monde".

"Le gouvernement est très déterminé à lutter contre la fraude fiscale, contre ces paradis fiscaux, et continuera d'agir en ce sens pour ce qui nous concerne mais aussi au niveau européen", a assuré Manuel Valls, ce lundi 9 février sur "Europe 1".

"Les données de la liste HSBC, à disposition de l'administration, ont été totalement exploitées, a-t-il ajouté. Au total près de 2.300 contrôles ont été diligentés par l'administration fiscale, 103 plaintes ont été déposées pour les cas les plus problématiques à l'administration fiscale. Des pénalités importantes ont déjà été réclamées aux contribuables concernés".

L'humoriste Gad Elmaleh aurait profité du système de 2006 à 2007 avant de régulariser sa situation auprès du fisc. ( AFP / JEFF PACHOUD, AFP )
L'humoriste Gad Elmaleh aurait profité du système de 2006 à 2007 avant de régulariser sa situation auprès du fisc. ( AFP / JEFF PACHOUD, AFP )

"Le Monde" a eu accès aux données bancaires de plus de 100.000 clients et a mis les informations à la disposition du Consortium des journalistes d'investigation (ICIJ) à Washington, qui les a partagées avec plus de 50 autres médias internationaux, dont le "Guardian" au Royaume-Uni ou la "Süddeutsche Zeitung" en Allemagne.

Les données, analysées par quelque 154 journalistes, portent sur la période allant de 2005 et 2007. Des milliards auraient transité sur ces comptes à Genève, cachés entre autres derrière des structures offshore au Panama et dans les îles vierges britanniques.

Sur son site, "Le Monde" publie une réponse de HSBC qui dit reconnaître les "manquements passés", et avoir pris depuis plusieurs années de nombreuses initiatives pour empêcher l'utilisation de ses services à des fins d'évasion fiscale ou de blanchiment d'argent.

La filiale suisse de la banque britannique HSBC a assuré lundi avoir "changé", après les "manquements constatés en 2007" : "HSBC (Suisse) a entamé une transformation radicale en 2008 pour empêcher que ses services soient utilisés pour frauder le fisc ou blanchir l'argent sale", a indiqué le directeur général de cette filiale, Franco Morra.

Selon la banque, une "nouvelle direction a procédé à un examen en profondeur des affaires, ce qui inclut des fermetures de comptes de clients qui ne correspondaient pas aux standards élevés de la banque, et la mise en place d'un système très poussé de contrôle interne". "Ces révélations concernant des pratiques du passé doivent rappeler que ce vieux modèle d'affaires de la banque privée suisse n'est plus acceptable", a conclu le directeur général.

Le secret bancaire en Suisse s'est réduit comme peau de chagrin, la pression sur les banques s'étant fortement accrue alors que de nombreux gouvernements ont accentué la chasse à l'évasion fiscale.

Posté par stetienne à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 novembre 2014

euro 2016 scandaleux tout simplement

Euro-2016-pas-de-panique-c-est-un-hold-up-fiscal-

ne plus voter pour eux et ca s'arrettera tout seul plus un centime pour le foot plus une voie pour l umps corrompu jusqua la moelle.

Posté par stetienne à 20:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 septembre 2014

Argent public : les surprises de la cagnotte des sénateurs

Argent public : les surprises de la cagnotte des sénateurs
Argent public : les surprises de la cagnotte des sénateurs

Quinze sénateurs (sur 348) s'arrogent 30 % de la cagnotte du Sénat, qui s'élevait à 53,9 M€ en 2013. C'est ce qui ressort de l'analyse des données de la réserve parlementaire des sénateurs, publiée ce week-end par Bercy, à une semaine des élections sénatoriales. Comme la loi relative à la transparence de la vie publique l'y oblige, le Parlement est désormais contraint de dévoiler l'utilisation de cet argent public, qui peut servir à subventionner soit des associations, soit des projets locaux (rénovation d'école, aménagement urbain, etc.). Pour les députés, le détail avait été révélé en janvier. Place maintenant aux sénateurs.

« C'est une bonne chose, cette transparence », affirme Philippe Marini, sénateur de l'Oise et président UMP de la commission des Finances, qui arrive en deuxième position des élus les mieux dotés. Comment fonctionne le système ? Chaque groupe politique reçoit entre 130 000 € et 150 000 € par sénateur. A charge ensuite au groupe de répartir la manne entre ses membres. Et c'est là qu'apparaissent d'étonnantes disparités. Alors que 7 élus disposent chacun de plus d'1 M€ à distribuer, ils sont, d'après nos calculs, 214 à devoir se contenter de 100 000 € ou moins.

Deux profils de « sénateurs donateurs » apparaissent : ceux qui financent des projets sur toute la France, et les autres qui se concentrent sur leur fief. Ainsi, le sénateur PS François Marc (Finistère) arrive en tête des élus les mieux dotés. Mais il joue un rôle de coordonnateur et porte sur son nom des subventions accordées par d'autres élus socialistes. Des projets qui concernent le Lot, la Corrèze, etc. Ou encore la Fondation Jean Jaurès, un centre d'études de gauche, que François Marc a doté l'an dernier de 90 000 €.

Générosité bien ordonnée commence par soi-même

Pas question cependant d'oublier sa propre commune, La Roche-Maurice (Finistère), qui a reçu « 50 000 € pour des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Posté par stetienne à 10:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 septembre 2014

Le tableau des aides à la presse : estimé à 5 milliards d’euros entre 2009 et 2011

personnellement je suis pour la suppression de ces aides.

Monsieur christophe Barbier de l express regrettera surement de dire que les Français sont des assistés.

Dans le but de faire « une place la plus large possible à la transparence », le ministère de la Culture a publié jeudi dernier sur son site internet le montant total des aides versées à la presse en 2012.

Ainsi peut-on voir la liste de 200 titres qui bénéficient de ces aides publiques. En tête du classement, Le Monde et Le Figaro sont les mieux dotés avec respectivement 18,6 et 18,2 millions d’euros. Viennent ensuite le quotidien régional Ouest-France (11,9 millions), La Croix (10,7 millions), le titre du groupe Le Monde Télérama (10,3 millions), Libération (10 millions), Aujourd’hui en France (9,3 millions), Le Nouvel Observateur (9,3 millions) L’Express (7,2 millions) et Télé 7 jours (6,9 millions). Les « pure player », titres exclusivement sur internet, restent en bas du classement, comme Slate.fr qui est, par exemple, 194ème avec 166 524 euros d’aides.

Selon le ministère de la Culture, ces aides sont calculées en fonction du nombre d’exemplaires diffusés afin de « mettre en lien les volumes d’aides en euros avec le nombre de tirages de chaque titre ». Elles sont aussi bien directes, indirectes (aides postales) ou encore aux tiers (SNCF…).

La Cour des comptes a vivement critiqué le montant de ces aides depuis que celles-ci ont doublé en 2008. La Cour des comptes estime que le plan d’aide déployé entre 2009 et 2011, qui peut être estimé à 5 milliards d’euros, a été « peu efficace » et entraîne inévitablement une inquiétante situation de « dépendance » pour le secteur.

Posté par stetienne à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,