29 septembre 2015

On peut former les lycéens pour moins cher, selon la Cour des comptes

ce que j'en pense :

suppression des vacances de la toussain et  d hiver.

classes plus homogenes avec eleves moins nombreux (70 eleves par prof max)

le lycee c'est pas un endroit de detente mais de travail. l enseignant n est pas la pour faire assistante social ou flic mais transmettre un savoir à des  eleves qui sont motive pour apprendre.

pour le public non scolaire marche du travail a douze ans avec un jour d'ecole par semaine.

Il est possible de former les lycéens pour un coût inférieur, ce qui permettrait de dégager des moyens pour le reste du système éducatif, selon un rapport de la Cour des comptes publié mardi, qui prône une simplification des options et du bac.

Actuellement, la formation d'un lycéen français coûte en moyenne 38% plus cher que celle de ses camarades de l'OCDE, sans que les résultats soient meilleurs, pointent les sages de la rue Cambon.

Certes le lycée a atteint l'objectif d'amener 80% d'une classe d'âge au niveau du baccalauréat. Mais moins d'un tiers des étudiants réussissent ensuite une licence en trois ans à l'université et seuls 40% des bacheliers professionnels accèdent rapidement à un emploi permanent, pointe le rapport.

Tout concourt à ce qu'un lycéen coûte plus cher en France que dans les autres pays développés: un nombre d'heures de cours très élevé, reparti sur un faible nombre de semaines, assuré par des enseignants "dont les obligations réglementaires de service sont à la fois faibles et définies sur une base strictement hebdomadaire".

Un lycéen français reçoit en moyenne 1.108 heures de cours par an, contre 933 heures en Allemagne, 950 au Royaume-Uni ou 741 en Suède.

Paradoxalement, ce sont les heures de matières optionnelles ou facultatives qui coûtent le plus cher - jusqu'à 3.000 euros de l'heure - plutôt que les disciplines du socle commun, évaluées entre 400 et 600 euros par heure.

Au sein des 58 langues vivantes que les lycéens peuvent passer à l'examen du baccalauréat, 20 sont choisies par moins de 50 élèves.

Parmi les autres facteurs qui peuvent induire des différences significatives de coût, la Cour relève la taille des lycées, avec 11% des établissements qui scolarisent moins de 100 élèves, représentant 1% des lycéens.

La Cour a effectué une dizaine de recommandations dont "simplifier le format du baccalauréat", "réduire la dispersion de l'offre de formation, notamment en matière d'options", "ramener le temps d'instruction des élèves au niveau observé dans les pays comparables et mieux les repartir dans une année scolaire prolongée" ou encore "définir des cibles de taille d'établissement optimale".

Posté par stetienne à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 août 2015

juppé mise sur l ecole pour sa rentrée politique

http://www.valeursactuelles.com/politique/alain-juppe-mise-sur-lecole-pour-sa-rentree-politique-55064

1/il a raison il faut mettre le paquet  sur l ecole primaire mais la ou je pense différament de lui c'est que l ecole n a pas pour vocation d'organiser sortie scolaire comme on en voit malheureusement de plus en plus.  l ecole est un lieu de travail où les enfants sont la pour travailler pas pour s'amuser je recentrerai l ecole primaire sur son role.

apres que le soir les locaux de l ecole soit  mis a disposition pour des activités ludiques pourquoi pas  mais dans la journee ils bossent point barre plus de sortie scolaire de voyage et autre connerie qui ne concerne en rien l école.

je supprime aussi les allocations scolaire l argent sera verse directement aux ecoles pour fournitures scolaires.

2/idem pas de religion à l école

3/pour le college et le lycée  je recentre aussi sur la transmission de savoir avec classe plus homogene d'eleve motivé ( les autres iront sur marché du travail avec un seul jour d'ecole de college ou lycee par semaine)

en contrepartie je supprime vacances scolaires de la toussaint et de paques

sinon vous remarquerez que dans le discours du crane d'oeuf d'énarque il n y a que des généralites rien de concret.

 

Posté par stetienne à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 janvier 2015

lol il trouve plus d'enseignant

rien d'etonnant un prof c est un O.S rien d'autre et il passe 80% de son temps a faire gardiennage de branlos qui en ont rien a glander du savoir.

ils ne font plus d'enseignement mais uniquement de la dicipline avec une hierarchie ultra débile

le mamouth coule on apprend plus rien a l'ecole il n ya plus de selection

les enfants des maffieux x enarque mondialises vont dans cours privé avec hyper selection ils vont en vacances aux usa pour apprendre a parler courament l anglais

vous avez une ecole de merde car vous voter pour des pouffs rien d'autre

pour reformer le mamouth liberte de choix de l ecole pour les parents et faire le grand menage dans ministere et rectorat ou 90% des gugssons ne servent a absolument rien du tout

bref une ecole de merde plus de prof et ce n est que le debut mes bichounes dite vous bien ca car pour reformer le systeme il faudra un homme politique qui a des couilles et on est pas pres dans avoir un en france

on-a-besoin-de-toi--campagne-tele-pour-recruter-des-profs-

Posté par stetienne à 10:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 août 2014

non a la politique du ventre

allocation de rentrée scolaire,ecole,enfant,projet pour la france,décroissance,iufm,rectorat,education nationale,medef,ps,ump,immigration

je suis pour la suppression de l'allocation de rentrée scolaire qui plus est sert à rien du tout vu le niveau catastrophique de l'éducation en france

par contre il faut supprimer iufm mettre les pedagogos des iufm devant eleve ou pole emploi remettre un mamouth ou on apprend aux enfants l effort et le travail et les bases( lire,ecrire,comper,dessiner jouer instrument de musique  et l histoire et la geographie de la france)

je suis pour la decroissance et stabilite de la population donc pour reduire les allocations familliale au deux premiers enfants et instauré zéro immigration bien sur.

L'allocation de rentrée scolaire sera versée ce mardi

/allocation-de-rentree-scolaire-ars--versement-a-partir-du-19-ao-t-

http://www.charliehebdo.fr/news/politique-ventre-fecond-1250.html

Posté par stetienne à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 octobre 2013

dans le midi tout est corrompu

collège Henri-Wallon,La Seyne-sur-Mer,partie socialiste,ps,Inspection générale,rectorat,enseignants cumulards, ZEP, la Marquisanne,Marc Vuillemot,mairie de la seyne sur mer,projet pour la france

dans le midi la corruption est partout [smilie=icon_smile034.gif]meme l educ nat

http://www.lexpress.fr/actualite/societ ... rX1KK3q.99

Posté par stetienne à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
19 septembre 2013

courageux les racailles

defendus par la grosse daubirate

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20130917.AFP5649/attroupement-arme-devant-un-lycee-parisien-26-interpellations.html

une seule solution le bagne où ils casseront des cailloux de 7h a 21h

Posté par stetienne à 18:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 septembre 2013

Marseille: un enseignant se suicide, mettant en cause l'évolution du métier

Un professeur d'électronique d'un lycée marseillais a mis fin à ses jours dimanche, "le métier tel qu'il est devenu" ne lui étant "plus acceptable en conscience", explique-t-il dans une lettre adressée à ses collègues, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

Agé de 55 ans, cet enseignant en série STI2D (Sciences et technologies industrielles et du développement durable) du lycée Antonin Artaud (13e) s'est donné la mort à son domicile, "à la veille de la pré-rentrée", relève le Snes-FSU dans un communiqué.

Avant de se suicider, ce père de famille, "d'une grande conscience professionnelle et d'une érudition sans limites" selon ses collègues, "a diffusé une lettre d'explication (...) faisant un lien évident entre son acte et son incompréhension face à l'évolution du métier", a affirmé à l'AFP le syndicaliste Alain Barlatier (Snes-FSU), qui travaillait à ses côtés au lycée.

"Je vous fais part de ma décision de ne pas faire la rentrée scolaire 2013. En effet le métier tel qu'il est devenu au moins dans ma spécialité ne m'est plus acceptable en conscience", écrit ce professeur, Pierre Jacque, en préambule de son courrier rendu public lundi par ses pairs.

Il décrit ensuite son parcours personnel: ingénieur en électronique passé dans l'enseignement 18 ans plus tard, il assiste en 2011 à la "mise en place de la réforme" de Luc Chatel, "faite à la hussarde dans un état d'affolement que l'inspection a du mal à dissimuler".

"Entre-temps le gouvernement a changé sans que les objectifs soient infléchis le moins du monde ou qu'un moratoire soit décidé, ne serait-ce qu'à cause du coût astronomique de cette réforme", déplore Pierre Jacque.

Il évoque aussi le "niveau toujours plus problématique des élèves" et dénonce le changement de notation du baccalauréat, avec introduction d'une évaluation à la charge de l'enseignant de l'année, ce qui "ne respecte aucune règle d'équité", estime-t-il, ajoutant: "Je considère que ceci est une infamie et je me refuse à recommencer".

"J'aurais pu m'immoler par le feu au milieu de la cour (comme l'avait fait une enseignante de Béziers en octobre 2011, NDLR) le jour de la rentrée des élèves, cela aurait eu plus d'allure mais je ne suis pas assez vertueux pour cela. Quand vous lirez ce texte, je serai déjà mort", conclut-il.

Selon Alain Barlatier, Pierre Jacque n'était "pas dépressif", mais se montrait "extrêmement critique, comme nombre de ses collègues". Il déplorait notamment le fait que "le métier d'enseignant évolue vers un métier d'exécution, alors que lui avait été recruté pour un métier de conception où il était maître de son travail", précise-t-il.

Une cellule de soutien psychologique a été mise en place au sein du lycée, a indiqué le rectorat de l'académie d'Aix-Marseille.

Les enseignants de l'établissement, qui ont fait part de leur "très grande consternation et émotion", ont obtenu l'organisation d'une "journée banalisée" jeudi, c'est-à-dire sans cours. "On ne veut pas reprendre le travail comme si de rien n'était", souligne M. Barlatier.

ayant fait de l enseignement je le comprends on enseigne plus on fait juste gardiennage  et cest pas la peine d'etre ingenieur en electronique pour enseigner en serie sti ceci dit il aurait mieux fait de demissionner il y a une vie en dehors d'un boulot de plus en plus merdique et sans interet.

Posté par stetienne à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 octobre 2012

non au internat d'excellence:

 

 il ne faut pas extraire la substantifique moelle mais exclure les cellules cancéreuses donc les eleves perturbateur( je dis bien perturbateur pas faible) seront exclus du système et envoyé sur marche du travail des 14 ans ou centre pénitentiaire pour mineur pour les plus violents
une ecole de qualité pour tous ceux qui veulent faire des efforts pour apprendre

de plus ses internats coutent une fortune


En ce moment, la quasi totalité des médias semblent faire l'éloge de ces fameux "internats d'excellences", on y montre des "jeunes de banlieues" étudier de manière sérieuse, appliqué, dans le calme etc. Ce qui en soit est une très bonne chose mais qui constitue quand même un retournement de veste incroyable de la part de l'éducation nationale, car dans le fond, les internats d'excellences, qu'est-ce que c'est? Quel est le principe? Le principe c'est qu'on donne l'occasion aux élèves les plus doués (ou les moins mauvais, tout dépends de comment on voit les choses) des collèges de ZEP d'aller étudier ailleurs, dans une structure à part avec plus de moyens, plus de contrôles, plus de sécurité, ce qui est très bien pour eux, mais les autres gamins? Qu'est-ce qu'on en fait?

ça pose en effet un problème . . . . pourquoi accepter de donner une chance à certains et pas à d'autres? L'école publique est-elle entrain de renoncer à l'égalité au profit de l'élitisme? D'autant plus que tout le monde sait que dans les ZEP, il suffirait d'y exclure les 10% qui empêchent les 90% de bosser pour que ces établissement fonctionnent à nouveau normalement, mais au lieu de ça, on fait le contraire, on extrait les "meilleurs" pour les fai

Posté par stetienne à 11:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 septembre 2012

Tabac : hausse de 40 cts du prix du paquet de cigarettes au 1er octobre

en ce qui me concerne je suis contre une augmentation du prix

par contre  j interdirais aux prof de fumer et rendrais les colleges et lycée totalement non fumeur

Les prix des paquets de cigarettes augmenteront de 40 centimes le 1er octobre, soit une hausse supérieure à 6%, a annoncé vendredi le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, ce qui portera les paquets les moins chers à 6,10 euros l'unité et les plus chers à 6,60 euros.

Dans un communiqué, le ministre rappelle qu'il avait annoncé en juin une augmentation de 6%, "prolongeant les hausses régulières opérées en 2009, 2010 et 2011". Mais c'est la première année, où ces 6% se traduisent, une fois arrondis, à +40 cts par paquet, et non 30 cts.

Cette revalorisation est donc la plus forte depuis 2003/2004, période ou plusieurs augmentation successives, décidées au nom de la politique de santé publique, s'étaient traduites par un renchérissement du paquet d'environ 40%.

L'augmentation "respecte la démarche de hausses progressives et modérées inscrites dans le contrat d'avenir conclu entre l'Etat et les buralistes", selon le ministère du Budget.

"La hausse des prix est considérée par les spécialistes comme le moyen le plus efficace pour réduire la consommation de tabac, en particulier chez les jeunes. Cette politique de santé publique est donc poursuivie", ajoute le ministère.

Les associations anti-tabac estiment cependant que seule une hausse de 10% a un effet sur la consommation.

Le tabac est à l'origine de 66.000 morts par an en France.

Il est aussi source de revenus pour les Finances Publiques puisque les taxes et la TVA ont rapporté 13,8 milliards d'euros à l'Etat en 2011.

Posté par stetienne à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 septembre 2011

le mamouth s'enlise de plus en plus

Des tests effectués en 2003 et 2009 sur un échantillon de collégiens scolarisés en troisième montre que la proportion des élèves les plus faibles augmente (de 15 à 17,9 %). De même, en l’espace de six ans, la part des plus performants a chuté de 10 à 7,1 %.

Un recul que corroborent les études internationales : selon l’enquête Pisa, réalisée au sein de l’OCDE auprès d’élèves de 15 ans, les Français sont passés de la 12e à la 18e place en lecture entre 2000 et 2009. Sur la période 2003-2009, ils ont été rétrogradés de la 13e à la 16e place en mathématiques.

Cet échec va de pair avec différents phénomènes, comme l’absentéisme (absences non justifiées équivalant au moins à quatre journées et demie par mois) qui concerne 275 000 élèves par an, et le décrochage scolaire (cumuler au moins dix journées et demie d’absence injustifiée), qui en touche 120 000 chaque année.

Également préoccupant, le nombre des « perdus de vue », évalué à 180 000 sur la période allant de juin 2010 à mars 2011. Il s’agit de jeunes de plus de 16 ans, déscolarisés, sans diplôme, sans formation et qui ne bénéficient d’aucun suivi.

http://www.la-croix.com/Actualite/S-inf ... -16-712099

Posté par stetienne à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,